Au quotidien

Avoir 8 ans en 2016

Je suis retombée sur ce billet oublié dans les limbes de l’Internet, dans lequel je parlais de mon fils. Un vieux billet tout doux que je peux maintenant, trois ans après, conjuguer au présent féminin. Etre une petite fille de 8 ans en 2016, donc, C’est profiter de la classe de découverte du grand pour se faire une soirée pizza/film de filles avec sa maman, un soir où il y a du foot à la télé (quelqu’un sait qui a gagné ?). C’est exiger un porte bébé rose pour mettre sur son vélo rose qui ira avec son casque rose. Et faire […]

Lire la suite

Un carnaval monstre

Ce matin, c’était le carnaval au village. J’avais fait des crêpes pour l’école, commandé un costume sur Amazon, filé des tasseaux à la classe (quand ça débarrasse et que ça peut faire plaisir). Je pensais que je m’en tiendrais là. Surtout qu’en regardant la météo, je me disais que le carnaval se résumerait à défiler dans le préau de l’école. Et finalement la pluie annoncée n’est pas venue. Alors j’ai rejoint le cortège au milieu des monstres. C’est beau la vie de freelance. Il y avait de la joie et des confettis dans l’air (je sais bien que ce n’est […]

Lire la suite

La méthode Konmari appliquée aux bordéliques

Donc, j’ai testé vaguement la méthode Konmari. Mais si, la méthode de Marie Kondo la japonaise qui fait du rangement par le vide en disant merci aux objets qu’elle jette. Je n’ai pas lu son livre (j’ai fait une école de journalisme, je vous rappelle). Mais j’ai appliqué les raccourcis lus sur les blogs ça et là. Si bien qu’au moment de choisir la nouvelle commode de ma fille, j’ai finalement délaissé le modèle deux portes pour celui-ci, à tiroirs comme Marie pas-con le préconise. « T’es pas folle ? Tu ne vas rien pouvoir mettre dans les tiroirs. », m’a dit une […]

Lire la suite

A toi qui va naître

Je ne sais pas comment t’appeler. Pourtant je connais le prénom que tu porteras, à moins que tu n’aies finalement pas du tout une tête à t’appeler comme ma fille si elle avait été un garçon. Je ne sais pas comment tu m’appelleras non plus. Tata Zaza parce que c’est mignon même si n’est pas tata qui veut. Il aura des allures de marronnier ton arbre généalogique, un peu surdimensionné, avec des fleurs au printemps et des racines bien solides. Ça fait longtemps que je t’attends tu sais. Bien plus que les 9 mois réglementaires. Je t’attends comme on attend […]

Lire la suite