panique

A deux doigts du fait divers

Il s’en est fallu de peu. Combien de temps est-ce que cela a pu durer ? Une minute, peut-être cinq, dix peut-être. Beaucoup plus au regard du nombre d’idées noires que j’ai dû chasser. Je pense à cette scène insoutenable des Enfants du plastique où la mère voit passer la civière transportant sa petite fille sans vie, en rentrant chez elle. Je pense à ces voisins outrés aux discours péremptoires qui témoignent au lendemain d’un fait divers « Mais comment peut-on faire cela ? » demandent-ils, je repense à tous ces articles que je n’ai pas voulu lire sur les accidents domestiques. […]

Lire la suite