nuits blanches

Heureux les parents qui dorment

Avec le recul, je me dis que j’aurais dû commencer chacun des billets de ce blog par un chiffre, comme Bridget Jones. Pas mon poids en revanche  (je me pèse une fois tous les deux mois quand je suis obligée de m’allonger sur mon lit pour fermer mon jean préféré) mais le nombre d’heures de sommeil ou pire, les heures de réveil en pleine nuit. Ca vous aurait apitoyé et personne ne me prendrait pour une grosse mytho quand je raconte que j’ai 7 ans de sommeil à rattraper. Depuis quelques mois, les chiffres auraient disparu doucement et comme un […]

Lire la suite