frere et soeur

Frère et soeur en mode purple

Juste pour le plaisir, parce que je sais que ce ne durera pas. Que ça ne peut pas durer,  je les ai,  cet été encore, habillés un peu pareil mais pas vraiment. Violette la robe de la box Little Cigogne (dont je parlais là) , violet le t-shirt Monoprix des soldes 2012. Monochrome fraternel que personne ne remarque vraiment à part leur mère qui voit bien qu’ils grandissent et que les cloneries ne sont déjà plus tout à fait de leur âge. En sortant leurs pulls marins home-made tout propres des valises, j’aurais PRESQUE regretté le temps magnifique de nos […]

Lire la suite

Frère et soeur en mode vacances

Des rayures par ci,  des pirates par là.  Il y a comme un petit goût de fratrie dans leurs habits clonés pourtant acquis au hasard des soldes. Du blanc pour les moments de grâce : les nuits dans la même chambre à veiller en essayant d’espionner les parents, les jeux dont eux seuls connaissent les règles, qui leur ferait presque oublier le goûter (mais pas la glace du soir), comme cette lueur de sainteté qu’on lit dans leurs 4 yeux après une bêtise. Du rouge pour le sang et les larmes qui succèdent parfois à ces moments de grâce. Comme […]

Lire la suite

« Ils s’entendent bien tes enfants ? »

– Mais enfin, pourquoi tu me poses cette question (yeux écarquillés) bien sûr qu’ils s’entendent bien mes enfants. Ils sont inséparables même. Pas toi ? Heu…Si. Inséparables aussi. Disons que j’ai du mal à les séparer quand ils décident d’un commun accord de faire du catch, ou du rugby avec un feutre en guise de ballon « C’est le mien. Oui, mais j’en ai besoin. Rends le moi.  » Cris. Notons que celui qui pleure à la fin n’est pas forcément le plus petit. Sinon ils s’entendent bien, hein. Pour faire des conneries. Là, c’est l’entente cordiale. Moi bêtement, quand il n’y […]

Lire la suite

Tu te souviens ?

En ce temps là, nous aussi on était comme eux, hilares quand l’autre racontait des bêtises tellement bêtes qu’on n’y comprenait rien. Mais qu’importe, ça énervait les parents et nous étions des rebelles nous. Des hors-la-loi qui dealaient leurs dîners pour pouvoir sortir de table « Tu manges ma viande et je mange tes haricots. Tape m’en cinq ». Ca, c’était les bons jours, ceux où on étaient d’accord pour faire de belles conneries. Tu te souviens la fois où on avait jeté les bouteilles de vin dans l’étang et que le fils du fermier nous a coursé en vélo ? C’est […]

Lire la suite