Chance

Le parfum de maman

J’ai grandi dans un monde sans odeur. Pas de lys. Pas de musc. Pas cette vanille écœurante que l’on mettait à 15 ans. Ni ces parfums femme fatale que l’on ose à 20. J’avais l’odeur du déo de mon mec et de mon Tahiti douche. Et je m’en fichais comme de ma première couche. Tant que la migraine m’épargnait. Puis je suis devenue maman. Il me fallait une odeur. Un doudou olfactif qui enivrerait mes enfants. Une madeleine de Proust gourmande et odorante qui les attendrirait. Ce ne sert à rien une maman qui ne sent rien. Trop pas assez […]

Lire la suite