Comme des vieux cons

vanessa-paradis-benjamin-biolay

Il n’y a pas que Patrick dans ma platine. Il y a Vanessa aussi. Il y a un peu de moi dans chacune de leurs chansons à tous les deux. Des souvenirs dedans. Un peu de ma jeunesse qui s’en va tout doucement.  Un peu d’elles aussi, mes amies de toujours.

Cette année justement (en fait, c’était en 2013, que le temps passe vite), je suis allée avec l’une voir Patrick puis avec l’autre écouter Vanessa. Deux merveilleuses soirées qui forgent une amitié. Des souvenirs demain qui façonnent les « Tu te souviens ? » de quand on aura vraiment des rides. Un jour.

Si je vous raconte ça,  c’est parce qu’hier, j’écoutais le live du Love Songs Tour tranquillement lovée dans mon canapé, jusqu’à cette chanson : la chanson des vieux cons. Je la connais bien mais jamais elle ne m’avait fait cet effet là. Je l’écoutais en regardant ma vie défiler et quelques larmes filer. Le souffle coupé.

Et puis je me suis rappelée de cette vidéo avec Benjamin Biolay au piano, de la tension entre ces deux là. En la regardant à nouveau, mon coeur a retrouvé son tempo. J’ai senti mon coeur cogner, mon sang reprendre son chemin dans mes veines. J’étais tellement en vie. Envie.

Je l’attends mon Benjamin. Même si Johnny a mis la barre haute.

 

Et Amber peut aller se faire voir.

 

PS :sinon, Biolay is the new Gainsbourg

PS2 : et Bliss me file vraiment le cafard maintenant.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Deux ou trois choses que j’aime

illuminations-noel

J’ai lu cette phrase qui m’a parlée sur un blog que j’aime beaucoup « Je peux décider d’être heureuse. Ça n’empêche pas au malheur d’exister dans ma vie : ça me permet de capitaliser davantage sur mes instants de bonheur. »

Alors j’ai fait la liste de toutes les choses chouettes de ces dernières semaines en me disant que peut-être, elles éclipseraient un peu la VDM qui est en moi en ce moment :

– Ces champignons Prêt à pousser* que vous avez pu voir grandir sur mon Facebook ! Ils ont occupé les enfants pendant 10 jours (4 pshitt par jour et puis c’est tout), avant de finir en fricassée (notez comme ça cuisine sérieux maintenant !) Bref une bonne idée de cadeau que l’on retrouve dans la liste de Noël de la French Tech d’ailleurs. Même si j’ai râté la 2° tournée.

champignons

pret-a-pousser

– La visite d’Elisabeth à qui je devais rendre son costume de Dark Vador depuis un an. Ca sert d’avoir des lectrices wonder woman parfois ! (merci, merci)

– Ce cahier de coloriage de la jeune maman* qui m’a fait vraiment rire (mention spéciale au jeu des 132 différences dans le salon (nulli vs multipare) même si j’aurais préféré des dessins plus ronds et plus facilement coloriables.

coloriages-adultes-maman

la créativité de J. 7 ans que rien n’arrête. Besoin de se déguiser en indienne ? Un ruban et une plume plus tard, voilà une petite indienne. Je vais finir par ouvrir une boutique Etsy pour ses créations. Elle a réussi à vendre 1 euro ses flocons en bois (3 bouts de bois collés, peints en bleu, avec un fil transparent) au marché de Noël du village… J’ai aimé la voir sur scène aussi. A sa place.

little-cigogne-12ans

– La box Little Cigogne* (dont je vous ai déjà parlé ) qui s’élargit au 12 ans. Et qui arrive à rhabiller mon pré-ado du premier coup, alors que je n’ose plus moi même depuis bien longtemps. Un sans faute pour le t-shirt Juliet & the Band « Retro Cinema », le pull Krytik et le jean Sixpocket que je trouvais un peu trop stone à mon goût mais qui lui donne un petit côté Brad Pitt des cours de récré en fait !

– Avoir anticipé POUR UNE FOIS, la pénurie de Lego Minecraft, en les commandant au legoshop, avant que les prix ne s’envolent sur Amazon

– Ces maisons tellement décorées qu’on finit par faire demi-tour pour se laisser hypnotiser par leurs clignotis (comme celle dont j’ai posté la vidéo hier sur mon Instagram). Il faut le voir pour le croire. Et croire encore un peu en la magie de Noël.

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai participé au défi Krups Latt’espress

krups

Sachant que ça fait des mois que je bois du café soluble parce que j’ai la flemme d’appeler le SAV pour ma machine à café (et que c’est plus drôle d’attendre que la date de garantie soit dépassée…), j’ai un petit peu rigolé en découvrant que j’étais invitée à participer au défi Krups Latt’espress.

Sachant que ma fille me bat au Pictonnary, j’ai doublement rigolé. Le but du Latt’espress étant de jouer les Tom Cruise caféiné pour faire des cafés comme ça :

krups-lattearte

krups-lattearte-2

Et comme ça (Big up à nos maîtres, les baristas Illy) :

Comme je suis joueuse, malgré tout, j’ai dit oui.

Comme je suis mauvaise joueuse, je me suis un peu entraînée (avec du café soluble et du lait). En voyant le résultat (censuré), je me suis dit que c’était parce que je n’avais pas le bon matériel…

Et le jour J est arrivé. J’ai pris le train pour aller à Lyon, au Darty de Limonest où avait lieu le défi.

On nous a présenté nos concurrents, des blogueurs de la région lyonnaise (cherchez l’intrus !) Ilovequeencharlotte, Cranemou, Mamans testent, Chocoladdict, Lucky Sophie, Le blog des tendances, Mode mec et le mauvais coton

On nous a présenté le jury.

On nous a présenté les machines à café Expresso Full Auto boissons lactées YY8126FD de Krups. Des bêtes de course avec pompe 15 bars, grand réservoir d’eau, broyeur dont on peut programmer la finesse, pot à lait intégré pour faire de la belle mousse, programmation des différents modes pour mettre plus ou moins de lait dans le capuccino ou faire l’espresso plus ou moins fort. Une fois que les réglages sont faits, il n’y a plus qu’à appuyer sur l’écran LCD.

krups

krups-grains

1982030_1524672751122209_3759892051309895964_n-001

Et on nous a donné les instructions pour la 1re épreuve : le latte macchiato, une boisson chaude réalisée à partir d’un espresso, du lait et ce qu’on veut dedans.

krups-macchiatto

C’est pas une mousse de gagnant ça ?

krups-mousse-lait

Au moment de la 2° épreuve, le café freddo, j’y croyais encore. Je m’étais appliquée à faire ce qu’il fallait : faire couler le lait dans un pot, lancer un double espresso, ajouter du sucre de canne et des glaçons. Et DRAME, le jury m’annonce que mon café freddo est chaud. J’avais oublié l’étape shaker avec les glaçons tellement j’étais concentrée sur ma mousse. Je ne suis pas bilingue italien, mais je me suis bien doutée qu’un café freddo chaud, ce serait pas bon pour mon classement…

krups-cafe-froid

Il est mort le soleil

J’ai quand même tout donné pour la dernière épreuve, le marocchino caldo (pâte de chocolat au fond, espresso puis mousse de lait).

krups-macchiato-caldo

Tout donné, si, si, je vous assure…

Vous comprendrez bien que je n’ai pas gagné. Mais j’ai des circonstances atténuantes, je m’étais levée très tôt pour prendre le train. En plus, il y avait Natacha et Marie dans mon équipe, qui n’arrêtaient pas de glousser quand je me concentrais. Et en plus, les cafés de la gagnante, étaient aussi jolis que son blog. Alors bravo Loïs !

Comme dirait Coubertin, l’essentiel, c’est la bonne humeur. Et pour ça je vous assure, on a fait fort de café !

10348225_1524673671122117_5306137675635001626_n-001

Toutes les photos de l’événement sont sur la page Facebook de Krups

Et il y a même une vidéo :

En partenariat avec Krups

Merci à l’équipe Krups pour le chouette accueil et le déjeuner très mioum. Et je vous promets, j’arrête le café soluble !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Se tenir à carreaux (avec un beau cadeau pour vous)

DSCF5466

« Tenir bon et bien se tenir » me disait récemment une amie. Faut que je le note, je me suis dit.

Et pour bien m’en souvenir, je me suis commandé une chemise à carreaux. Pas la rouge et noir façon 90es parce qu’il faudra bien que je grandisse un jour (même si elle est canon et à -30%).

Une chemise bucheron, qui me faisait de l’oeil avec ses coudières en velours et sa taille cintrée.

Dans ma lancée, j’en ai commandé une pour mon clone (avec des poignées liberty so cute). Parce que ça grandit vite ces petits coeurs et qu’un jour, soit elle me piquera la mienne, soit elle trouvera ce que je mets trop ring’.

Ca voudra dire qu’elle aura grandit… et moi aussi !

superdry-chemise-carreaux

superdry-chemise

feuilles-automne

Du coup, on a emmené nos chemises bucheron couper du bois. Il y avait des feuilles d’automne et même pas de vent.

Un photographe de 10 ans qui a découvert le mode rafale. Je ne vous dit pas le tri pour préparer les photos de ce billet.

Et le bazar pour ne pas crotter nos Converse toutes neuves.

converse-allstar

converse

Non, je le vois pas ton héron.

mere-fille

paysage-automne

Me, myself and I : Chemise Superdry (à -15%) / Jean Levi’s Demi Curl Skinny (à – 30%)/ Converse All Star 

J. : Chemise à carreaux La Redoute (en promo jusqu’au 6/01/15) / Jean Monoprix / Converse All Star Enfant

Depuis le shooting, J. porte sa chemise façon blouse avec une ceinture et c’est plutôt une bonne idée.

** CONCOURS EXPRESS **

Une couronne de princesse, une tête de cerf et le même masque que celui de J. pour le shooting.

Parfois le hasard hein ! J’en profite pour vous faire gagner une de ces trois jolies robes de fête Bleu comme gris pour la Redoute.

Vous avez jusqu’à lundi pour laisser un com (et vous pouvez aussi aimer ma page FB, allez, c’est noël !) en me disant pourquoi vous aimez mon blog (et ce que vous aimeriez que j’y change, je suis en plein brainstorming pour 2015) et quelle robe vous préférez La robe manche courte bi-matière, la robe à manches longues ou la robe sans manches Bleu comme gris. Notez qu’elles taillent du 3 au 12 ans et sont toutes les 3 en promo sur le site de La Redoute en ce moment. Bonne chance !

bleu-comme-gris

 * Bon d’achat offert par la marque

Bravo à Servane qui remporte le concours express ! Merci aux autres d’avoir participé.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon omelette japonaise façon galette complète

lesieur-galette-complete

Je savais bien que ça me servirait de regarder Top Chef. Et pas juste à saliver tous les lundis soir devant ma télé. J’étais déjà en conditions (et pas mal sous pression !) pour relever le défi « Le Placard à idées » que Lesieur m’a lancé. Ma mission ? Réaliser une recette avec les ingrédients (et pas un de plus) du placard soumis par un internaute sur la page Facebook de Lesieur. 

Dans mon placard mystère il y avait :

lesieur-ingredients

Alors, qu’est-ce qu’on fait avec tout ça ? Un plat que mes enfants ont englouti si tôt les photos prises (Breaking news, ils ont mangé de la salade !) : une omelette japonaise façon galette complète.

Préparation : 15 minutes.

Cuisson : 2 minutes

 

En photos, ça donne ça :

lesieur-salade

lesieur-galette

lesieur-omelette

lesieur-galette-huile

DSCF5639-001C’est quand les pré-sélections pour Top Chef déjà ?

 

Billet partenaire – recette rémunérée

Rendez-vous sur Hellocoton !

Trop

deco-noel

L’année dernière à cette période,  j’étais à l’ile  Maurice. A mon retour, quelques jours avant Noël,  le Christmas spirit avait fondu au soleil.  J’avais promis de me rattraper l’année prochaine. Sauf que l’année prochaine c’est maintenant et que je n’aurai pas beaucoup les enfants pendant les vacances.

Du coup, décembre n’était même pas encore arrivé qu’on avait déjà acheté le sapin. Le plus grand, tellement grand qu’il touche le plafond et qu’on n’a pas pu accrocher l’étoile au sommet. Trop grand. On l’a quand même étouffé de décos. Tout ce qu’il y avait dans le carton, même les décos moches faites à l’école que je m’arrangeais pour oublier. Et les trois nouvelles boules de l’année, une chacun, savamment choisies, parce qu’une tradition est une tradition malgré tout (la mienne est une saynette Maisons du monde avec une petite biche, trop belle mais quasiment impossible à prendre en photos).

etoile-de-noel

deco-de-noel

Un soir, j’ai fabriqué une tête de cerf en carton d’après ce patron (ça me fait penser qu’il va bien falloir que je reparte à la chasse un jour..). J’ai galéré avec mon carton trop petit, fait des raccords, bombé à l’or fin, refait les raccords. Et puis j’ai fini par l’accrocher, mon cerf majestueux,  presque trop tant on ne voit que lui.

cerf-en-carton

Dans mon élan (huhu cerf, élan…), j’ai même bombé mes fenêtres au pochoir. J’ai toujours trouvé ça moche ces décos en fausse neige. Et j’avais raison parce que c’est trop moche en vrai. Mais ça fait Noël. Je voulais que l’esprit de Noël envahisse la maison, qu’il habite chaque mur, chaque trou de serrure jusqu’à chasser tout le reste et me faire oublier comme c’est triste Noël cette année. Trop triste.

deco-fenetres-noel-neige

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bien dans leurs baskets


GEOX final 72 dpi-163

Ce week-end, je suis retombée sur ces photos prises lors d’une chouette opération Geox, à la rentrée. Avant le séisme. Et j’ai mon petit coeur qui s’est retourné.

Je ne sais pas ce qu’ils pensent de tout ça mes poussins, si pour eux maintenant, l’amour, ça sert à rien qu’à faire pleurer les yeux. Ou si c’est juste comme ça, comme dans la poésie « C’est la vie, m’a t’on dit » (On dirait du Bruni, mais c’est du Tersac).

Je ne sais pas si ils en sortiront boiteux des sentiments, si leurs amoureux(ses) vont en baver par ricochet, un peu comme eux d’ailleurs, qui apprendront à les faire un week-end sur deux.

Je voudrais tellement qu’ils soient toujours bien dans leurs baskets comme ce jour là.

Mon grand pré-ado de 10 ans avait choisi ses chaussures en 2 minutes, montre en main. Juste un coup d’oeil sur les chaussures enfants à sa taille (je le précise parce que souvent pour le 37 on passe au rayon adulte et dans ces cas là, il n’y a plus la fermeture à glissière qui permet de mettre les chaussures en 30 secondes, sans défaire les lacets mais BREF) et c’était joué. Ce serait ces baskets en peau bleu, presque vintage que j’aurais pu choisir pour moi.

La petite n’avait pas hésité plus longtemps en voyant les baskets montantes à pois roses avec des lapins derrière. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de la faire changer d’avis pourtant « T’es sure, des lapins derrière ? Elles ne vont pas se moquer tes copines comme avec tes lunettes Hello Kitty ? »

Tu parles, ils avaient enfilé leurs baskets et étaient partis vivre leur vie d’enfants de blogueurs presque grands avec les autres enfants de blogueurs aussi grands (et beaux) qu’eux. Sûrs d’eux. Heureux.

Avec leurs mères, ont gloussait d’imaginer ce que donneraient des portées d’enfants de blogueurs entre eux. Je les avais rappelés pour la photo. « Allez, ce sera pas long« . Même pas le temps de dire, « On en fait une tous les trois juste pour nous maintenant ? » Et ils étaient déjà partis. Sans la photo de nous trois.

La dernière photo de nous trois de quand on était encore quatre. Quand ils pouvaient encore dire les parents et que ça avait un sens, quand maman avait des jolies bagues aux doigts et des yeux qui brillaient tout autant. Quand le futur c’était demain, c’était toujours.

Quand leur plus gros problème était de savoir si leurs copains allaient aimer leurs nouvelles chaussures.

Quand ils étaient bien dans leurs baskets, mes choux.

Je ne fais pas toujours ce qu’il faut pour qu’ils le restent. Je ne mets pas toujours le bon pied devant l’autre. Je tombe encore, parfois.

Mais je fais ce que je peux. Du mieux que je peux.

Un pas après l’autre.

 

GEOX final 72 dpi-168

GEOX-enfantDans le détail, les baskets lapins de J. 7 ans

PS : Il y a -25%  sur les baskets de M. 10 ans jusqu’à ce soir sur le site de La Redoute. Et là je comprends pourquoi les blogueuses mode rentrent un pied en dedans, car on ne voit pas le motif sur les baskets de M avec ses pieds en V ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Prendre la fièvre (du samedi soir ?) avec Braun – Sponso

thermometres-braun

Quand les enfants étaient petits, j’aurais pu prendre un abonnement chez le docteur. J’y allais TOUS les mercredis. C’était notre petit rituel à nous (Bonjour Docteur, ça fait combien déjà ? A la semaine prochaine…).

Du coup j’avais investi dans un thermomètre auriculaire de compet, celui qu’on m’avait conseillé à la maternité, un Thermoscan. Vite rentabilisé le truc.

thermoscan-braun

Quand Braun m’a proposé de tester sa nouvelle gamme de thermomètres haute précision, j’y ai retrouvé le Thermoscan qui avait à peu près autant changé que mes petits à moi. C’est le thermoscan 7 Age Precision maintenant. Paye ton coup de vieux même si on retrouve toujours l’écran éclairé, la sonde préchauffée pour plus de précision et les embouts jetables hygiéniques (désormais sans latex ni BPA). Le mode mémoire qui enregistre les derniers relevés de température sera bien été utile à ma mémoire de poisson rouge (Mais combien elle avait déjà ?).

Puisque mes enfants sont « grands », je n’utiliserai pas l’une des innovations de la gamme : la technologie Age Precision, qui permet d’afficher un code couleur en fonction de la température et de l’âge de l’enfant car une température jugée élevée chez un nourrisson peut-être jugée normale pour un enfant de quatre ans. En clair, à 37,5°C, l’écran s’affiche en rouge et sonne l’alarme pour un enfant de 0 à 3 mois alors qu’il reste vert pour les 3-36 mois et les plus de 36 mois.

sans-contact-frontal-braun

En revanche, je suis CERTAINE que mes enfants n’ont pas de fièvre depuis une semaine que je teste ces thermomètres car je vérifie leur température au moins matin et soir avec le petit nouveau : le thermomètre sans contact et frontal qui a une forme d’arme futuriste (un jour, je grandirai) et qui comme son nom l’indique brillamment prend la température sans contact. Outre le côté gadget qui risque de m’amuser encore quelques jours (oh les mains les enfants, ou je prends votre température !), cela permet de prendre la température sans réveiller l’enfant qui dort par exemple et sans véhiculer de germes. Si l’appareil est à au moins 5 cm du front, il prend la température en moins de deux secondes grâce à la technologie infra-rouge ultra sensible et à son système optique. Tout comme le Thermoscan 7, il est doté d’un code couleur  (l’écran est rouge ou orange, on file chez le docteur !) et possède un écran lumineux. A noter qu’on peut aussi l’utiliser en mode frontal avec contact.

Pour finir, je vous rappelle les précautions à tenir en cas de fièvre : 

– couvrir l’enfant d’un simple drap (même si il a froid)

– pas plus de 19°, 20° dans la chambre

– Bien se laver les mains

– Prendre la température toujours dans la même oreille et éviter la prise de température auriculaire si soupçon d’otite.

Message personnel pour les petits maux d’hiver, on est fin prêt avec ça, mais vous pouvez rester au chaud !

Billet sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un week-end à Montpellier avec les enfants

montpellier-week-end

Pendant « les vacances qui ne servent à rien » il y a eu Nantes et assez miraculeusement, Montpellier. Une ville que j’avais déjà visitée quand j’étais jeune ma bonne dame et dont pourtant j’avais tout oublié.  Chaque jour est une découverte quand on a une mémoire de poisson rouge…

Montpellier, c’est à 3h30 en TGV de Paris. Avec arrivée dans la majestueuse gare flambant neuve située en centre ville.

montpellier-gare

A 5 minutes, de notre hôtel, l’Ibis Styles Centre Comédie, et heureusement parce que traîner la valise et deux enfants, ça fait beaucoup. Vous connaissez l’adage, 2 bras, 2 enfants et pas de valise ! (Mais un lien vers le 1er billet de ce blog en 2007 !)

On fait quoi à Montpellier avec des enfants pendant deux jours ?

Jour 1

Le petit train

D’accord, ce n’est pas super branché comme activité mais je ne suis pas du genre hipster barbue et on n’a rien fait de mieux pour se repérer dans une ville en 1 heure, quartiers Saint Roch, Saint Anne, promenade du Peyrou, la cathédrale, l’arc de triomphe… Je vous rappelle que j’ai été livrée SANS GPS intégré. Surtout qu’on a bêtement loupé la visite ludique spéciale enfants organisée par l’Office du tourisme. Et ça, c’est un vrai regret parce que mes enfants ont vraiment l’âge où ils apprécient ce genre de jeu de piste.

montpellier-petit-train

La visite de la vieille ville

Notre petit tour nous a permis ensuite de nous promener dans la vieille ville, en partie piétonne en sachant où on allait. Et en levant les yeux, pour voir le joli.

montpellier-vieille-ville

montpellier-vieille-ville-2

montpellier-statueEnsuite, alors que je voulais aller au musée Fabre admirer la rétrospective Viallat, on a croisé un parc dans lequel les enfants se sont défoulés. « On reste là, on est trop fatigués pour aller au musée » qu’ils ont dit… Qu’on m’explique comment on peut être trop fatigué pour aller au musée et passer une heure à courir partout au parc ?

Montpellier by night

L’avantage d’avoir un hôtel au centre, c’est de pouvoir ressortir le soir sans problème. Admirer la place de la comédie illuminée. Ecouter les concerts de rue ça et là. Se faire une toile aussi (C’est pas si mal les tortues ninjas !)

montpellier-by-night

Jour 2

L’aquarium

Les enfants étaient impatients de prendre le tramway. « Celui à fleurs maman steuplait ». Et non, il est moins flower power celui qui mène au centre commercial Odysseum, même si ce n’est pas à Ikea qu’on voulait aller mais à l’aquarium Mare Nostrum. L’aquarium, c’est un peu comme les salons Parc des expos, on peut faire le tour à toute vitesse ou y passer quasiment la journée en suivant toutes les animations, le nourrissage des manchots, celui des poissons tropicaux, qui nous donne un peu l’impression de plonger à l’île Maurice et celui que mes enfants ont préféré : la plongée au coeur des océans, où l’on nous présente les requins de l’aquarium central. Moi, j’ai bien aimé le simulateur de tempête et l’impression d’être dans un chalutier par force 10 !

montpellier-tramway-fleurs

montpellier-requins-aquarium

montpellier-aquarium-2

montpellier-aquarium

Après un sympathique déj avec Maman@home que je n’avais jamais rencontré malgré nos échanges depuis… (ah ouais quand même), on a enchaîné avec le planetarium.

Le planetarium
La tête dans les étoiles pendant 1 heure. Avec des petits préférer la séance de 14 heures adaptée au jeune public. Les autres sont un peu complexes pour les 7 ans (voire les 10 ans…)

Et notre hôtel alors ?

L’Ibis Styles Centre Comédie

Je ne vous cache pas que ce petit programme nous a bien fatigués et que nous étions contents de pouvoir rentrer à l’hôtel facilement faire une pause lecture ou théâtre d’impro sans intrigue ni chute, prendre une collation(DU CAFE !) offerte à toute heure de la journée et sortir dîner à deux pas.

Forcément, j’ai beaucoup aimé le thème décliné dans les chambres : la littérature, avec des citations sur les murs, une fausse bibliothèque sur la tablette et une vraie à l’accueil, à côté de l’espace enfants plein de tablettes et de marionnettes.

Et puis le matin, grand luxe, les enfants trônent à leur table enfants, interdite aux adultes.

Voilà notre chambre pour quatre, même si on n’était que trois.

ibis-styles-montpellier-chambre

detail-chambre

dtail-chambre-2

 

ibis-styles-enfants

ibis-styless-petit-dej

 

Au final, Montpellier est vraiment agréable, à échelle humaine, même si on ne l’a pas vraiment vue sous le soleil. Depuis ma première visite il y a 10 ans, la ville est méconnaissable, transformée, embellie. J’ai un peu regretté de ne pas avoir le temps de pousser jusqu’à la plage à 30 minutes de Montpellier. Avec ces histoires de Pornic et d’île de Ré, mes enfants n’ont jamais vu la mer Méditerranée ! Je sais en tout cas que j’y retournerai très vite, j’ai une photo à prendre sur des toits… comme au bon vieux temps. C’est quand on retrouve certaines personnes qu’on réalise comme elles nous ont manquées (oui, on dirait bien un message personnel).

Un grand merci à l’Ibis Styles Centre Comédie pour l’invitation et à l’OT Montpellier pour l’accueil. 

PS : et pour les bonnes adresses, on a testé et approuvé les hots-dogs « gastro » du King Georges.

Marjo m’avait recommandé (trop tard) le resto de l’une de ses copines : Le flamand bleu. Après avoir jeté un coup d’oeil sur sa page facebook, j’ai regretté de ne pas y avoir goûté le fameux fondant au chocolat et tous les plats FAITS MAISON. Ce sera pour la prochaine fois ! (Et si vous êtes à Montpellier, je compte sur vous pour y passer et m’en donner des nouvelles !). 

PS2 : Béatriz sur la page Facebook du blog (que je vous invite à suivre !) me souffle aussi l’adresse d’un bon resto-café kid-friendly : Le café des bébés, chez Ninou qui a aussi une page Facebook.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Je vais mieux »

reve-ou-creve

Il y a longtemps que je n’ai pas donné de nouvelles fraîches par ici. Comme dans la vie, j’ai comblé le vide, par des sorties, des escapades, des sponsos (parce que vous comprendrez…), des faux fuyants. J’avais égaré le filtre rose au travers duquel ce blog passe ma vie depuis 7 ans. Et je n’avais pas envie, vraiment pas, de vous livrer du gris foncé. J’ai des amies formidables pour ça, qui connaissent par coeur ma voix qui flanche et la pensée de trop qui me fera basculer du côté sombre.

En faisant du rangement (dans ma vie) pourtant, j’ai fini par retrouver mon filtre. Il est un brin poussiéreux,  un peu rayé par endroits, les contours ne sont pas nets mais on peu voir un peu de rose de l’autre côté.  Du côté de cette vie qui s’impose à moi. Je n’ai pas choisi cette nouvelle vie à trois. Mais j’ai choisi de ne plus la subir. Et ca commence par des petits riens au quotidien :

A table,  on a joué aux chaises musicales pour éviter la sensation de la chaise vide. Je me place désormais en bout de table avec un enfant de chaque côté. 2 bras, 2 enfants. Pas de jaloux !

J’ai changé la déco du salon. Trois fois rien qui changent tout. Trois petits poufs remplacent les imposants fauteuils clubs. Trois tâches bleues qui apportent de la couleur au monochrome beige-blanc apaisant ou déprimant, c’est selon. J’ai aussi descendu ma mappe-monde vintage pour me rappeler que malgré tout, le monde, mon monde tourne rond.

J’ai apprivoisé les silences du samedi matin, quand les enfants ne sont pas là même si je crois toujours les entendre appeler la nuit. J’ai appris à les savourer même, à m’en nourrir, à y puiser la force pour mener cette vie a trois qui finalement n’est pas si différente de celle-ci.

Je marche 3 heures par semaine avec une maman de l’école (et je cours quand je peux). J’ai réappris à m’ouvrir aux autres.  A accepter de l’aide quand on me la propose. A la demander parfois.

J’ai appris à faire du feu SEULE, à faire la cuisine SEULE. Je commence d’ailleurs à me demander si un Thermomix ou autre robot Companion (l’équivalent chez Moulinex, bidule à 800 euros) ne me serait pas utile – voire indispensable ?  Question impensable pour moi il y a quelques mois (Malheur, mon cuisinier s’ est barré avec mon photographe !). Si vous avez des avis sur ces robots, je prends !

J’ai retrouvé d’anciens amis. Certains par hasard comme si il existait. Mes « vieilles » copines du lycée. D’autres grâce au blog, lien permanent pas si à sens unique que cela (merci Noé). Tous, à leur manière, sont le miroir de ce que je ne suis plus,  de ce que j’aurais pu être. Et peut être aussi le reflet de celle que je deviens.

J’ai dévoré des dizaines de bouquins du Tatiana de Rosnay, du Foenkinos, du Delacourt (j’aurais pu m’épargner le dernier On ne voyait que le bonheur). Je retourne au cinéma aussi et je regarde en DVD tous ces films que je n’avais pas vus parce qu’il fallait faire des concessions : les petits mouchoirs, les poupées russes… Certains de ces livres ou de ces films se sont trouvés là au bon moment je crois. Je déclare « Je vais mieux » de Foenkinos, livre officiel de la quarantaine qui déchante.

Et puis surtout, même si mes nuits sont encore trop courtes, j’ai recommencé à rêver. Pas des grands rêves en carton pâte. Pas du Disney dégoulinant de princes charmants. Juste la réponse à la question « Qu’est ce que JE veux faire du reste de ma vie ? ».

Essayez de vous la poser, vous verrez…

PS : et côté filtres qui embellissent la vie, il y a Instagram aussi. Vous pouvez me suivre sur le compte @monblogdemaman !

Rendez-vous sur Hellocoton ! Blog commercialisé par