With(out) love

santorin-coucher-de-soleil

Le problème quand on mène une vie de bisounours (le rose, celui avec l’arc-en-ciel dessus) comme moi, c’est qu’on risque de tomber de son nuage. Et vu comme  il est perché le village des bisounours, ça fait drôlement mal à l’arrivée. Ca te laisse en mille morceaux.

On ne dirait pas comme ça mais…

Derrière les ciels bleus d’Instagram, il y a des orages qui grondent.
Derrière les sourires figés, il y a les drames du quotidien.
Derrière la vitrine, il y a la vie avec ses surprises et ses coups durs, ses lâchetés et ses trahisons.
Derrière l’écran, il y a la solitude.
Je ne vous fais pas de dessin.

Maintenant, il y a surtout le vide partout, dans ma tête,  dans ma maison, dans mon coeur aussi.
Il y a quelqu’un quelque part que je voudrais Trierweileriser d’une force (ah si j’étais Corse…)
Il y a les amis, les vrais (love sur vous).
Il y a mes enfants qui méritent mieux que ça.

J’aimerais vous dire que ça va bien. Vous dire que je suis forte. Vous dire que je tiens le coup mais il y a déjà eu assez de mensonges comme ça. La seule chose qui me rassure vraiment, pour l’instant,  c’est que je suis malgré tout, quoiqu’il arrive, POUR TOUJOURS la mère de deux enfants qui ont un père formidable. Et comme il y a une chanson de Bruel pour tous les moments de la vie, je m’en vais faire craquer les enceintes sur « Lequel de nous », puisque maintenant, je peux écouter Patrick quand je veux.

PS : si tu me lis, que tu as des pectos d’acier, une maison à l’ile de ré. Que tu aimes les feux d’artifices et les couchers de soleil,  fais-le savoir (je suis une fille toute simple).

PS2 : bien cuisiner serait un vrai plus. Merci.

PS3 : Ironie du sort, j’ai écrit cet article pour l’Express Styles. On est d’accord que c’est la théorie. Dans la vraie vie, on fait ce qu’on peut…

Rendez-vous sur Hellocoton !

C’est le mois (de son) anniversaire ! – sponso

-

Au secours, je suis en train de devenir pire que les enfants. Eux, ça fait déjà quelques temps qu’ils me demandent quand est-ce qu’on va recevoir les catalogues de Noël. C’est qu’ils ont une liste à faire, hé ho.

Moi, ça fait deux semaines que je reçois le catalogue anniversaire Carrefour (un catalogue tous les lundis jusqu’au 21 octobre). Et deux semaines que je fais dans l’envie d’achat compulsif .

Enfin même pas parce le petit portable Wiko, j’en aurais vraiment besoin pour remplacer mon smartphone qui ne fait plus vraiment wi-fi depuis qu’il est tombé dans les toilettes à l’île Maurice (je suis une fille toute simple).

Pareil pour la centrale vapeur. A 39 ans 1/2 (oh putain déjà), il n’est jamais trop tard pour se remettre au repassage. Et j’ai tellement la flemme d’aller porter mes vêtements à repasser que j’en mets certains une seule fois dans l’été.

catalogue-carrefour

En tout cas, ce serait vraiment le moment de craquer, car certains produits présentent jusqu’à 70% d’économies avec la Carte Carrefour.

Pour son anniversaire, Carrefour propose aussi les Deals du jour, avec une promo flash, mise en avant tous les matins par Cartman dans une petite vidéo.

Hier, jour des 10 ans de mon fils (joyeux anniversaire mon grand – fin du message personnel), c’était COMME PAR HASARD, une promo sur un voyage à Venise,  la destination qu’il a choisie pour son voyage des 10 ans.

C’est bien fait quand même…

carrefour-venise

Aujourd’hui, c’est une promo sur un piano, pour voir le deal du jour, c’est .
D’ailleurs, si vous faites du piano (pas forcément debout), vous pouvez tenter de gagner 5000 euros de cartes cadeaux en postant une photo avec la mention#pianocrf de vous en train de jouer un morceau.

5000 euros, ça laisse de quoi céder à la tentation des catalogues anniversaire et pas seulement pour s’acheter une centrale vapeur !

PS : et si vous avez collé un Stop la pub sur votre boîte aux lettres (comment vous faites du coup pour les catalogues de Noël hein ?), vous pouvez retrouver le catalogue de la semaine en ligne

PS2 : Carrefour organise aussi dans toute la région parisienne des démonstrations d’imprimantes 3D. Aujourd’hui COMME PAR HASARD, c’est dans MON Carrefour à Rambouillet…. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 jours à Santorin

santorin-fira-boat

Avant de partir, je me demandais, 4 jours à Santorin, c’est trop ? Pas assez ? Je suis le genre de fille tendue de l’aventure.

Pourtant, ça fait 4 jours pour prendre le soleil, 4 jours pour crapahuter en tongs (dress-code faux pas), 4 jours pour même pas goûter l’Ouzo (le pastis local) mais se mettre au petit blanc de Santorin, 4 jours à faire le co-pilote, 4 jours à manger des favas et des tomato balls (j’ai testé cette recette, rien à voir avec l’originale mais mioum), 4 jours à faire des photos d’église, 4 jours à dit « C’est beau », 4 jours pour voir la vie en bleu à défaut de rose, 4 jours pour faire tout le tour de l’île, ou presque.

4 jour à suivre notre programme au carré préparé dans l’avion à partir de nos guides de 2001 (merci C. !) :

(Pour faire apparaître une carte, cliquez ici)

Jour 1 : le nord de l’île (Fira – Firostefani – Imerovogli puis coucher de soleil à Oia)

Quitte à venir à Santorin, autant commencer par ce qu’il y a de plus typique ! Fira est la ville principale de l’île (on dit Capitale ?). C’est ici que les paquebots de croisière vomissent leurs touristes, si bien qu’il peut y avoir BEAUCOUP de monde d’un coup. Ce qui gâche un peu l’effet village blanc à flanc de montagne (en plus de nos photos). Pour se faire une fish-pedicure, c’est là (mais j’y reviendrai). Pour acheter des souvenirs, c’est là aussi, car pour l’authenticité, on repassera, le centre de Fira n’étant qu’une succession de boutiques. MAIS lorsque l’on pousse (à pieds) jusqu’à Firostefani et Imerovogli (ça devient un peu loin), on arrive à profiter comme il faut du spectacle avec unique vue on the caldeira – les îles en face – (on parle anglais là-bas, yes).

En vrai, on a repris la voiture pour Imerovgli, puis pour découvrir Oia, l’époustouflante. A voir avant 17h, quand les cars de touristes ne sont pas encore arrivés pour le coucher de soleil.

santorin-fira-eglise-2

santorin-fira

santorin-mer

santorin-imerovigli

Oiasantorin-oia

santorin-brume

santorin-oia-sunset

Pour déjeuner à Fira, on a testé un grec sur l’avenue principale, comme on en trouve chez nous mais en bien meilleur.

Pour dormir : Fira est sans doute pratique si on se déplace en bus car c’est par là que transitent tous les bus. On peut aussi pousser jusqu’à Firostefani, plus calme, partageant avec Fira la même vue magnifique sur la Caldeira). Dans nos repérages, il y avait cet hôtel.
Oia serait l’idéal (un coucher de soleil tous les soirs) mais il faut faire attention de ne pas se laisser envahir par la foule. Imerovgli peut-être un bon compris (Sur Casamundo, j’avais repéré cet hébergement qui n’était déjà plus dispo à mes dates)

Jour 2 : le sud de l’île alias journée de la lose  (Akrotiri – Red Beach)

On ne dirait pas comme ça, mais j’ai fait des études d’histoire, moi. Quand j’ai lu vestiges d’Akrotiri = Pompéi grecque. J’ai dit « Cool ». Et quand, après avoir payé 3 euros de parking puis 5 euros de ticket, je suis rentrée dans ce hangar qui ressemble à un chantier j’ai dit « Mais c’est Akropouri ». (Copyright ma +1 en fait). Heureusement, le village d’Akrotiri, lui vaut le détour. On a croisé un âne qui ne portait même pas de touriste et grimpé jusqu’à un vieux château joli.

Après ahah, on a voulu aller se baigner à la Red Beach, trop bondée. Mais la journée de la lose n’a pas vaincu, on l’a terminée en sirotant un cocktail sur la plage de Perivolos à côté de l’appartement.

Mis à part ces jarres, tout ce qui valaient la peine (les peintures murales, les objets…) sont au musée archéologique de Santorin…
akrotiri

santorin-akrotiri

santorin-red-beach

Pour manger : on s’est arrêté dans la taverne juste avant la red beach et c’était top.

Pour dormir : Akrotiri est plein sud, mais vraiment mignon (c’est dans ce village qu’était Azzed pendant son séjour)..

Tu veux boire quelque chose ? palge-perivolos

Jour 3 : le sud Est de l’île (Ancienne Thira + Pyrgos)

Je vous ai dit que j’avais fait un fac d’histoire ? C’est sans doute ce qui explique mon acharnement, malgré tout à vouloir découvrir l’ancienne Thira (une cité Grecque).

Et là (mis à part le fait que si on lit les panneaux interdit jusqu’au bout, on sait qu’en pleine journée, on n’est pas obligé de grimper tout en haut de la montagne A PIEDS (je peux vous dire que les Minorquines sont VRAIMENT des chaussures confortables !)), ça vaut vraiment la peine. Mieux vaut ne pas oublier le guide dans la voiture en revanche (ahem)…

santorin-thira

De là haut, on a un magnifique panorama quasi en 360. On s’est amusées à regarder les avions décoller de l’aéroport.

Puisque de Perivolos, on doit contourner la montagne pour aller sur les vestiges de l’ancienne Thira, nous en avons profité pour voir Pyrgos, grimper encore et déjeuner dans une taverne qui ne paye pas de mine mais qui j’en suis certaine, figure en bonne place dans les guides éditions 2014 (ah bah tiens, elle est 4° sur Tripadvisor, qu’est-ce que je disais !)

Pour manger : Penelope’s, tout en haut du village, voir mon assiette en photo dans ce billet !)

santorin-pyrgos-eglise

santorin-pyrgos-eglise

Jour 4 : excursion en bateau (volcan + sources chaudes + Thyrissia + re-coucher de soleil à Oia)

Je suis loin d’être fan des excursions en groupe (remember l’Islande), mais à moins de louer un catamaran à pas de prix (après quoi, de toute façon, on retrouve la foule dans les points de chute), l’excursion en bateau restait la meilleure option. Nous avions commandée  cette excursion à l’accueil de notre appartement, pour seulement 26 euros (la même était proposée 34 à Fira…), le dernier jour de notre séjour afin de ne louer la voiture que 3 jours (malin).

Un gros bus vient nous chercher (en retard), nous amène au vieux port d’Athinios pour prendre un bateau bus (comme un faux bateau pirates) direction le volcan (une heure de grimpette), les sources chaudes (on saute du bateau puis on reste 15 minutes dans l’eau), puis à Thyrissia, petite île authentique où l’on peut s’arrêter déjeuner soit dans les restaurant du port sur fond de Sirtaki pour touristes (la musique traditionnelle) ou grimper encore (en vrai, on peut aussi prendre l’âne pour 5 euros mais non merci). J’ai vraiment cru que JAMAIS je n’arriverai là haut vivante mais j’ai repris mais esprit en trouvant une petite taverne typique où on a mangé les meilleures tomato balls du séjour pour le prix d’un coca à Oia… Donc pour manger à Thyrissia, suivre les panneaux Taverne à 30 m (même si 30m, c’est un mensonge – maintenant tu le sais !- ).

Le truc stressant en excursion, c’est de louper le bateau surtout qu’on ne parle qu’en anglais dans le micro. Si bien quand s’est quand même pressées de la fourchette pour reprendre à l’heure le bateau qui nous amenait à Oia par le bas de la montagne… Et re-grimpette. Je regrette tellement de ne pas avoir mis mon appli Runkeeper en route ce jour là. Les 7 kilomètres de la Parisienne à côté, c’était RIEN.

santorin-volcan

santorin-thirissia

santorin-cactus

santorin-thirissia-cats

Oh y’a un village tout là haut… C’est Oia (et il y a une blogueuse qui a avalé un clown – et qui a des fesses béton aussi). santorin-oia-boat

Oia Azzed qui a la même photo… santorin-oia-bis

santorin-oia-sunset-bis

4 jours bien remplis. 4 jours pas vraiment au pas de course non plus.

Je regrette juste de ne pas m’être arrêtée dans ce village plein de moulins au centre l’île, qu’on a traversé en bus en rentrant de l’excursion. J’aurais bien troqué mon addiction aux églises bleues contre une autre aux moulins. Si quelqu’un sait comment il s’appelle d’ailleurs…

En conclusion, Santorin c’est bien. Mais hors saison, please ! 

 

Un grand merci à Casamundo.fr pour tout ce bleu et à we like travel qui porte bien son nom. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Back from Santorini

santorin-oiaIl y a quelques temps, Casamundo, m’a proposé de partir quelques jours en Europe, où je voulais dans une de ses locations (Casamundo.fr regroupe des locations de plusieurs sites tels qu’Abritel, Gîte de France, Booking et également des propriétés de particuliers).

J’ai dit Porto. Mac Dreamer a dit non pas le Portugal.
J’ai dit Barcelone. Mac Dreamer a dit non pas l’Espagne.
Du coup, je suis partie à Santorin, en Grèce, avec sa soeur.
(On dirait du Brel).

Et c’était vraiment la destination parfaite en septembre.

Parce qu’il y a encore du soleil. Beaucoup (Casamundo nous envoie d’ailleurs un petit bulletin météo avant le départ !).
Parce qu’il y a moins de touristes.
Parce que tout est moins cher à commencé par les billets d’avion.

santorin-fira

Et c’est là que j’en viens aux détails pratiques :

Les billets d’avion 

Il y a peu de vols directs Paris-Santorin Nous avons pris Transavia (je crois qu’Easyjet fait également des directs), qui hors saison ne propose que deux vols le lundi et le mercredi, ce qui explique notre séjour pas si express que ça du mercredi au lundi. Ce qui fait 4 jours sur place, timing parfait, pour visiter l’île (mais j’y reviendrai).

En revanche, je vous conseille de prendre vos billets très tôt car les prix grimpent plus vite que moi sur les villages à flanc de montagne : de 395 euros (pour deux) mi-juillet, on passe à 1155 euros (outch) pour une réservation fin août.

Et puis, pensez à prendre des écouteurs (ceux de smartphone par exemple) pour pouvoir regarder le film. Même si il est hyper con comme Hypercondriaque, ça passe le temps.

santorin-oia-grec

La location 

Ne connaissant pas Santorin, on l’a un peu choisie au hasard. J’ai laissé le site chercher et je me suis décidée pour Ambeli Appartements en regardant les photos. Le côté appartement dans lequel on pouvait faire à manger me plaisait (même si vous pensez bien qu’on a fini au resto tous les jours). Au final, l’endroit est agréable, bien qu’un peu trop bruyant. Je donnerais cher pour prendre mon petit déjeuner avec yogourt-miel-bananes et quatre-quart maison sur le bord de la piscine, comme ça, tous les matins. La plage de Périvolos (un champ de parasol comme toutes les plages de Santorin) est à deux pas, c’est là que nous allions dîner.
L’intérieur de l’appart fait vraiment pension de famille, pas vraiment super beau, mais propre. Et ce que j’ai aimé par dessus tout, ce sont tous les services de l’accueil qui nous a réservé une voiture ainsi qu’une excursion (même pas eu le temps de craquer pour une manucure !).

Budget : 320 euros pour 5 nuits. Dès 5 nuits, les transferts à l’aéroport sont offerts et ça, ça enlève une grosse épine du pied.

santorin-logement-casamundo

santorin-ambeli-casamundo

Se déplacer 

L’île n’est vraiment pas grande mais on n’est pas à l’ile de Ré, ça grimpe ici ! Oubliez le vélo. Pour optimiser nos 4 jours, on a loué une voiture 40 euros par jour, comprenant les 10 euros d’assurance complémentaire qu’on a prise après avoir vu comment conduisaient les grecs sur le chemin de l’aéroport !
Je ne sais pas si il y a un code de la route européen mais il semblerait qu’en Grèce, il n’y ait pas la priorité à droite (ni de Police d’ailleurs…). Si on ne se perd pas (hum…) il faut une heure pour faire l’ile dans toute la longueur.

tomato-balls-grec

Manger

Santorin étant TRES touristique, ce ne sont pas les restaurants qui manquent. Je vous laisserai quelques bonnes adresses dans le prochain billet. Menu quasi unique, où qu’on aille, pour nous le midi : salade grec et tomato balls. Il faut vraiment que je trouve la recette de cette tuerie. J’aurais dû noter le nom grec (et oui, j’ai gouté le poulpe !)

A plus dans le bus avec le programme des 4 jours (et plein de photos).

Voir aussi les conseils de Azzed, qui n’est pas vraiment pour rien dans le choix de la destination. Même si on n’est pas du tout d’accord sur le fromage frit…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le petit meuble recup’ [avant/après]


Desktop29

Je serais une blogueuse dans le vent, je vous aurais expliqué comment j’avais dégoté ce petit meuble années (rien ?) dans un vide grenier pour moins qu’une bouchée de pain. Mais je suis moi. Et ce petit meuble, il m’a juste racolée sur le trottoir. Au premier passage je me suis dit « Tiens, c’est un meuble comme ça que je cherche« . Au deuxième j’ai pensé « Il serait bien en blanc« . Au troisième,  j’ai regardé à droite-à gauche avant de l’embarquer dans mon coffre et en me donnant 5 jours, pas un de plus pour le retaper.

meuble-restauration

J’ai tout lavé au jet d’eau, tout démonté au tournevis.
J’ai tout poncé avec la ponceuse électrique triangulaire sauf les dorures (au papier de verre fin) et le pied pas facile d’accès. Je me suis poncé la main aussi.
J’ai recollé ce qui méritait de l’être (un bout de bois sous le pied).
J’ai tout peint en blanc avec la peinture qu’il me restait de la salle de bain des enfants, au pinceau (alors que j’avais un pistolet à peinture…)
Au jour 5, j’ai tout remonté.

Sauf que la porte ne fermait plus…
J’ai tout redémonté, poncé les bords de la porte à vif.
Et tout remonté.
Sauf que j’avais perdu une vis.
Je suis allée racheter une vis et j’avais fini.
J’étais tellement fière que j’aurais voulu qu’on me décerne un diplôme de bricoleuse à la petite semaine.

Ne restait plus qu’à attribuer une place à ce petit meuble fringuant neuf. Dans une chambre d’enfant ou dans ma chambre à moi ?

 

Coût total : 8 euros de papier de verre pour la ponceuse. Et vous savez quoi ? Il est bien mieux chez moi que sur le trottoir ce petit meuble !

Rendez-vous sur Hellocoton !

La vérité, j’ai couru la Parisienne !

laparisienne-2014

Il y a quelques mois, quand Sophie, la boss des ambassadrices Nivea dont je fais partie, nous a proposé de rejoindre la team Nivea pour courir la Parisienne (une course de 6,7 km en plein Paris), j’ai levé le doigt, comme si on m’avait proposé un morceau de chocolat.

C’est seulement après que j’ai réfléchi. « Mais j’ai rien à me mettre« , j’ai dit.

Alors j’ai commencé par aller m’acheter l’équipement DE BASE

Une bonne brassière qui tient bien (une quarantaine d’euros).

Des baskets  moches (Notez la ruse, je me suis dit : comme ça si je cours vraiment un jour, je serais contente de m’en acheter des belles. Toujours garder une carotte pour se motiver).

Un brassard pour mon smartphone, trop petit pour mon bras, qui en plus prend l’eau.

Et j’ai téléchargé l’appli RunKeeper, qui me tient compagnie quand je cours en me donnant toutes les 5 minutes, mon temps, mon rythme et mon kilométrage de course. On peut partager ses courses avec les copines qui en plus nous disent Bravo, c’est top ! (n’est-ce pas Marie et Sabine ?)

En mai, j’ai enfin commencé à m’y mettre, sans trop y croire, pour des petites sorties de 20 minutes.

En août, à l’ile de Ré, j’ai accéléré la cadence avec des sorties de plus en plus longues, jusqu’à 5 kilomètres. Parce que je croyais que le tracé de la Parisienne faisait 5,4 km. Sauf qu’il faisait 6,7 kilomètres et que je ne l’ai appris qu’il y a 15 jours…

Hier, donc, je n’ai pas couru 5,4 km mais 6,7 kilomètres.

Les trois premiers kilomètres, j’avais mal sous les côtes. Je disais à Sabine, ma copine de foulée « Vas-y, tu peux m’abandonner sur le bord de la route si tu veux, j’ai l’habitude » (message personnel).

Et puis au km 3, il y a eu le ravitaillement. On a perdu deux minutes à boire deux verres d’eau et manger une demi banane. Et ça allait mieux. Je sentais mes pas à l’unisson avec ceux de Sabine, c’en était presque émouvant. Je sentais la foule qui me portait avec ses encouragements. Je sentais le soleil sur ma peau. J’étais bien.

Au kilomètre 4, on est passé sous un pont converti en discothèque. Dans cet enfer, la musique était si forte que ça donnait envie de se droguer alors j’ai calqué mon pas sur mon rythme cardiaque.

Au kilomètre 5, j’avais un peu la chialade en lisant des affiches pleine de « Allez maman, t’es la meilleure » et de « maman on t’aime » et en écoutant les musiciens qui ne jouaient rien que pour nous.

Au kilomètre 6, j’encourageais Sabine pour oublier que je n’en pouvais plus.

Pendant les 700 derniers mètres, j’ai tout donné. Tellement que j’ai tout relâché sur la ligne d’arrivée.

I DID IT Yeah. Quand j’ai vu ma médaille (first one ever), j’avais l’impression de recevoir un oscar.

Alors je remercie Sabine ma partenaire de foulée. Camille, notre incroyable coach à toutes et les autres Nivea Girls Laure, Aurélie, Stéphanie et Céline. Et bien sûr, merci à Sophie et Nivea, sans qui jamais ô grand jamais, je n’aurais eu cette idée folle de courir 6,7 kilomètres en 51,25 minutes !

 

laparisienne-medaille

laparisienne-nivea-girls

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ce que je pense de la réforme des rythmes scolaires, finalement.

rentree-des-classes

Ca me fait presque mal de le dire, mais c’est plutôt pas mal la réforme des rythmes scolaires, dans mon village. Même si il y en a qui râlent, encore, toujours, parce que le rythme biologique de l’enfant n’aurait pas été pris en compte (Et parce que c’est un peu la guerre des gangs au village depuis les dernières élections municipales).

Pourtant, j’ai l’impression que les choses ont été faites en toute intelligence. Les horaires d’école restent les mêmes les lundi et jeudi. Les mardi et vendredi, l’école finit à 15 heures et des TAP gratuits sont proposés avec de vraies activités : tennis, anglais (beaucoup), cirque, square dance… par de vrais profs des associations des communes avoisinantes. Je précise que nous avons la chance, sinon le luxe, d’avoir un gymnase, un dojo et une bibliothèque jouxtant l’école (même reliés par un sous-terrain comme dans les films d’espionnage).

Le mercredi,  les enfants ont école de 9h à 12h et pour l’instant, pas de problème de réveil, sachant que mes enfants ne sont pas des adèptes de la grasse mat’ (litote). J’en profite pour bosser un peu ou faire le ménage.

Le seul vrai hic, ce sont les devoirs. Avec l’école le mercredi,  il n’y a plus aucune plage sans devoirs. Aucun soir tranquille pour jouer à des jeux de société, prendre son temps, caler une activité extra-scolaire (une vraie suivie toute l’année car les TAP trimestriels demeurent malgré tout des initiations), aller chez le dentiste en urgence comme hier pour cause de dent cassée en deux et avalée. Et pourtant la question a été posée à chacune des réunions de rentrée « Il y aura des devoirs pour le mercredi ? » -alors que moi je me retenais de demander c’était pas interdit les devoirs, b****l ?-.

L’autre problème collatéral de l’amputation partielle du mercredi, c’est que les enfants ont moins de temps pour d’autres activités. Je pense même pas au tennis que M. a dû arrêter faute de temps mais à l’orthophoniste que j’avais mis 4 mois à trouver et qui se retrouve avec moins de créneaux mais toujours autant de patients. Si bien qur M. quitte désormais l’école à 11h30 le mercredi pour pouvoir continuer à être suivi. Que je dois faire l’aller et retour en une demi-heure pour aller chercher sa soeur et retourner le chercher.  Taxi zaza, bonjour !

Malgré tout, à J+10, je ne suis pas mécontente de cette réforme. Même si je ne suis pas sûre que les enfants soient plus reposés. Et que je n’ai pas encore vu l’addition sur mes impôts locaux. ..

Je me réjouis même de ne pas habiter le village d’à côté avec école le samedi et mercredi libre alors qu’il’y a plus de centre de loisirs le mercredi matin dans les villages voisins comme le mien. Comment font les parents qui travaillent ? Ils se débrouillent. Mais quelle idée d’être deux à travailler, aussi, dans un pays qui compte 6 millions de chômeurs* (mode cinique off).

* je ne suis pas sûre du chiffre. J’évite d’écouter les news désormais. Trop anxiogène.

PS : en photo, mes enfants le jour de la rentrée, en total look Petit Bateau, collection été pour lui, hiver pour elle. Vous pouvez les retrouver dans l’alphabet des mamans blogueuses Petit Bateau. Ils sont le W (comme WTF… pardon !).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un dimanche à Bougival [Vert les Yvelines]

vert_les_yvelines

Il y avait longtemps que je n’avais pas sorti ma casquette « J’aime les Yvelines ». C’est que je pensais avoir fait le tour de ce qui s’y fait (voir l’onglet Sortir dans les Yvelines).

C’était oublier que les Yvelines, c’est grand. Et que j’ai du mal à quitter le périmètre Rambouillet-Versailles. Dimanche, pourtant, on a franchit le rubicon pour aller à Bougival (où je n’avais jamais mis les pieds).

Il y à la-bas l’île de la Chaussée, judicieusement équipée en base de loisirs avec le parc Patrice Vieljeux et même le Nautic Park une toute nouvelle base nautique inaugurée en mai dernier.

C’est dans ce cadre que nous avons testé en avant-première et en accéléré une partie du programme de l’opération Vert les Yvelines qui se tiendra du 13 au 28 septembre 2014.

La marche nordique

marche-nordique

J’avais peur que ça vire au crash-test avec J. 7 ans qui traîne toujours des pieds quand on lui parle de ballade. « Ah non mais là, il y aura des bâtons« , je lui ai dit. Oh le mot magique. C’est finalement ce qu’elle a préféré de la journée !
Il faut dire que c’est, contrairement à ce que l’on aurait pu penser, très ludique, peut être grâce à l’animation du coach de Coachsports qui ponctue la marche d’exercices d’équilibre ou de musculation… A la base, la marche nordique est un croisement entre la randonnée et le ski de fond mais sans la neige (remarque de la neige en septembre, est-ce que ça nous étonnerait vraiment ?). Les bâtons permettent d’augmenter le rythme de la marche mais aussi de nous aider dans les montées ou d’amortir les descentes. On finit par des petits étirements parce que la marche nordique, c’est du sport !

Attention, il ne faut pas de sac en bandoulière et des chaussures basses.

La marche nordique dans Vert les Yvelines :
Dans le parc du château de Versailles (12 km soit 2h30) – le 
13 et le 20/09, de 10h30 à 13h, dans le parc du château + dans la Forêt Domaniale de Versailles, tarif : 15€/adulte et 12€/enfants en 7 et 18 ans. Les bâtons sont fournis. Animé par coachsports.

A la base de loisirs de Saint Quentin-en-Yvelines  20 et 21/09 à 15h – durée 1h30 (10 km) à partir de 16 ans – Gratuit sauf parking : 4€

Le segway ou giropode

segmay-vert-les-yvelines

Pendant que les enfants faisaient du poney, les parents ont testé le giropode. Dire segway, c’est comme dire frigo, on dit réfrigérateur ! J’en avais déjà fait, il y a quelques années. On se sent un peu comme un super-héros monté sur roue sur cet engin qui se déplace grâce à la force de gravité. Et une fois l’engin maîtrisé,  on profite vraiment de l’environnement.

A partir de 14 ans et + de 45kg.

Le segway dans Vert les Yvelines
- Saint-Rémy-les-Chevreuse 13/09 – durée 1h45. Tarif 38€ par personne
- A la base de loisirs de Saint Quentin-en-Yvelines 20/09 – durée 1h30. Tarif : 30€.
- Dans le parc du château de Versailles 27/09. Durée 1h45 à 2h. Tarif : 38€

.

Le Nautic Park

canotage-nautic-park

nautic-park-piou-piou

basket-flottant-nautic-park

nautic-park-peche-a-la-ligne

Fraîchement ouverte, le Nautic Park est la première base nautique installée sur la Seine, avec toute une flotte de Zodiac en location,  un espace canotage (430 m2 fermés) pour faire de la barque, du kayak ou du pédalo (15€/adulte/h et 10€/enfant/h), et un club Piou-piou dans lequel les plus petits jusqu’à 8 ans flottent sur des bateaux à mains, feront la pêche à la ligne ou du basket flottant. (10€/h). On peut même y organiser l’anniversaire de son enfant (01 39 69 21 23 pour les tarifs)

Nouy avons fait un Baptême en Zodiac avec un aperçu des guinguettes et paysages si chers aux impressionnistes (les bords de Seine, la maison Fournaise,  la Grenouillère autrefois îlot de débauche). Cerise sur le gâteau,  on a eu le droit de conduire et pfiou, ca décoiffe !

zodiac-bougival

Dans le cadre de Vert les Yvelines
Sortie de 2h30 les 13, 14, 20 et 21/09 à 14h. Tarif : 35€ par adulte et 10€ par enfant.

Tout le programme de Vert les Yvelines est. Il faut prendre le temps de l’éplucher parce qu’il est très, très riche. J’ai repéré quelques randonnées thématiques à pieds ou à vélo une rando photo à Rambouillet, une chasse aux énigmes à Andrésy.  Vous n’avez plus de bonne raison de ne pas vous mettre au vert !

Un grand merci à Yvelines Tourisme et We like Travel pour les découvertes et à Mariode, Alice et Catherine pour la compagnie ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Non mais c’est quoi ce CIRQUE ?

cirqueAllez savoir comment, je me suis laissée convaincre d’aller au cirque. Alors que j’avais dit « jamais oh, grand jamais, les animaux ne sont pas heureux. Regardez Madagascar 3″ (on a les références qu’on mérite). Tout ça pour finir par lâcher 80 euros dans une soirée au cirque, preuve que j’ai rudement confiance dans le parrain de mon fils – et que je suis drôlement influençable…-. Mais il faut me comprendre, c’était un des rêves de J. 7 ans.

Bref, on a vite admiré les animaux de la ménagerie et on est s’est assis sur les gradins hyper pas confortables. Pas la peine de faire un note pour plus tard « apporter des coussins », vu la suite

– Un numéro de trapéziste sans trapèze (ils avaient dû oublier de l’accrocher)
– 3 minutes de sifflets d’un clown qui devait avoir 12 ans pour faire participer le cadet de la dynastie au spectacle sans doute
- Le dresseur de fauves. Ah ouais quand même. Je commençais à me réveiller
– Un numéro dingue d’équilibristes avec une espèce de roue à deux bras. J’ai fini les yeux tout écarquillés. Limite, je criais ENCORE.

Sauf que c’est là qu’ils ont annoncé 20 minutes d’entre-acte. 

Avec les odeurs de crêpes et de barbapapa.

« Maman on peut acheter une crêpe ? NON » « Et de la Barbapapa ? NON ».

Et on peut faire un tour de chameau ? – QUOIIIII des chameaux ?

Et oui. 5 euros les deux tours de piste, à ce tarif là, il y en a pour tout le monde et tant pis si l’entre-acte dure 3/4 d’heure, le temps d’encaisser tous les 5 euros qui le voulaient bien.

Autant vous dire que j’ai boycotté le tour de manège à bosses. (Et même sifflé les chameaux, comment ça je suis excessive ?).

Après tout ça je me disais qu’il fallait un feu d’artifices pour nous remettre dans l’ambiance.

Tu parles :
– 15 minutes d’un numéro de clowns minables, une sombre histoire de fantômes qui, misère, à rendu les enfants hilares (enfin, surtout les tout-petits qui se marrent quand on se cache derrière notre main).
– Après ça, le numéro de dressage d’éléphant (sans s) avec un poney a fini par m’achever tellement on aurait dit une parodie.
– Pour le final, ils ont rappelé les acrobates à moto, cette fois, qu’ils ont fait tourner dans une boule de hamster. Impressionnant mais pas assez pour m’enlever le goût de désolant que j’avais dans la bouche.

Assez en revanche pour savoir qu’on ne m’y reprendra plus et que la prochaine fois, j’emmènerai les enfants voir un vrai cirque. Le cirque du soleil ou le cirque plume (je veux bien votre avis d’ailleurs).

Avec de belles performances humaines et pas d’animaux encagés pour pas grand chose, comme dans Madagascar  !

 

PS : j’en profite pour rajouter les références d’un petit livre que Les éditions du pas de l’échelle m’ont envoyé. Ca se passe au cirque certes, mais ça parle surtout de confiance en soi et je crois qu’en cette période de rentrée, il en faut plein à nos enfants. 
Au cirque Rirenfolie, Ed. Pas de l’échelle. 10,44 euros. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon ice bucket challenge

ice-bucket-challenge

Si j’avais été nominée, pour l’Ice Bucket Challenge, il y aurait une vidéo de moi, juste là, au dessus, en train de me prendre un saut d’eau glacée sur la tête, comme David Lynch (ce mec assure même avec un saut d’eau sur la tête, son IBC est ici), Bill Gates et ma copine Audrey- cherchez l’intrus-.

La première fois que j’ai vu ça,  c’etait sur l’instagram de Laeticia Hallyday (oui, je la suis… ses vacances à St Barth vendent du rêve). J’ai rien compris à ce qu’elle racontait (elle a une voix super aiguë ou alors c’est juste quand elle parle en anglais, ça me fait ça aussi).

Et puis j’ai compris que c’était comme une chaîne de solidarité pour soutenir la maladie de Charcot ALS.

« Ah » j’ai pensé. Et les critiques sont arrivées.  « Ce ne sont rien que des millionnaires qui gâchent l’eau des éthiopiens pour se faire de la pub ». Je résume hein. Et la pire critique que j’ai lue « Oh ca va, une mobilisation pareil pour si peu de malades ».

Et là j’ai arrêté de rien penser et j’ai commencé à m’énerver. Parce que c’est là tout le problème des maladies orphelines : tout le monde s’ en fout parce que personne ne les a. Sauf ceux qui les ont, parce que, pas de chance, c’est tombé sur eux. Et ceux là,  ils sont près à faire n’importe quoi pour faire parler de leur cas et sortir de l’isolement dans lequel la maladie rare les a enfermés.

A se mettre un seau d’eau glacée sur la tête.
A faire un appel aux votes comme celui que j’avais relayé ici pour tenter de « gagner » un logiciel très cher permettant de centraliser les données sur une maladie rare.
A envoyer tous les ans, un mail à tous leurs contacts pour leur rappeler que le temps file et que la maladie demeure alors un petit don, messieurs, dames. Des mails qui se terminent par : »Nous essayons de ne plus avoir peur, nous oublions qu’il est souvent difficile de demander de l’aide aux autres… »

Alors même si je ne fais pas l’ice bucket challenge, je relaie le mail de Caroline, dont les jumeaux Arthur et Antoine sont atteints du syndrôme de Prader-Willi. Son association organise une marche le 21 septembre prochain au bois de Vincennes, à Paris. Pour en savoir plus, c’est là. Ca gaspille moins d’eau que le ice bucket challenge mais ca fait moins couler d’encre et ça rapporte moins d’argent aussi (les dons récoltés par l’Ice Bucket Challenge atteignent les 70 M€ contre 2,5 M€ à la même époque l’année dernière…).

Et je rappelle que tout don à une association est déductible des impôts à 60%. C’est un peu comme si l’état payait 60% de votre don et faisait enfin son job. Je sais que c’est le mot magique en ce moment « impôts »…

Rendez-vous sur Hellocoton ! Blog commercialisé par