Quand ils ne sont pas là

image

Quand ils ne sont pas là, j’écoute Biolay en boucle (Patrick Bruel c’est #old ;-) )

Quand ils ne sont pas là, je range leurs chambres en jurant que c’est la dernière fois (jusqu’à la prochaine).

Quand ils ne sont pas là, je file au ciné voir n’importe quoi pourvu que ce soit pour les grands (En équilibre, Everything will be fine récemment).

Quand ils ne sont pas là, je mange ce qu’il y a, même si il n’y a rien (NB : j’accepte toutes les invitations à déjeuner).

Quand ils ne sont pas là, je sais qu’ils sont bien là où ils sont.

Quand ils ne sont pas là, je me promets d’être plus zen quand ils reviendront avec leurs chamailleries.

Quand ils ne sont pas là, je dors (pas vraiment bien) dans la chambre de mon grand.

Quand ils ne sont pas là je vais voir cette grand-mère que j’aime comme la mienne. Leur arrière grand-mère.

Quand ils ne sont pas là, on se croirait parfois dans Sex and the city avec mes nouvelles copines. #callmecarrie

Quand ils ne sont pas là, ils sont encore un peu partout (comme les élastiques Loom).

Quand ils ne sont pas là, je fais ce que je veux où je veux quand je veux (même si c’est rien dans le canapé).

Quand ils ne sont pas là, ils ne me manquent pas vraiment mais je suis toujours pressée de les revoir (plus que un dodo).

Ce billet fait écho à celui-ci, d’un autre temps. Je n’ai pas choisi tout ça. Mais j’ai choisi de voir le beau là où il est. La vie est trop courte pour pleurer.

PS : je plaisante pour Patrick hein. Smouack ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tatoo fever

tatouage-pissenlit-001

Dans le genre « mais t’es tombée sur la tête », je me pose là en ce moment. Après ma lubbie du running, je m’amourache des tatouages (ça va tellement bien avec les pectoraux).

Et pourtant, il y a quelques années. le gros espadon de mon frère m’avait fait hurler (arrêtez les mauvaises pensées, c’est mon frère quoi !) oui, celui qu’il a sur… #censure. Mais quelle idée de se faire tatouer alors que rien ne dure toujours dans ce bas monde ?

Du coup je me la fais petite joueuse. J’ai commencé avec les malabars… ceux qu’on trouve dans les chewing-gums (il y en a un « je te like » fait pour moi).
Un jour alors que je cherchais un cadeau pour la vieille tante des enfants convalescente, je suis tombée PAR HASARD sur les tatoos Bourjois x l’adorable Make my lemonade (blogueuse un jour, blogueuse toujours). J’en ai pris deux. Et j’adore me coller un petit coeur au poignet ou une plume sur le bras sans que personne n’en sache rien.
Malheureusement, ça ne tient pas très longtemps (2 jours max). Tout comme les tatoos Bernard forever reçus en cadeau avec ma commande Birchbox.

Alors je me contente de rêver.

Je rêve de ce que je pourrais me faire tatouer si Isabelle rimait vraiment avec rebelle. Une plume et des lignes d’apsem lorem sur la hanche ? Une licorne, un dauphin ? (La tête de Johnny en technicolor ?)

Et depuis que mon frère a joué les tatoueurs sur moi avec des feutres tatoos pour enfants (plus en vente mais de ce type ), je rêve d’un amoureux qui me dessinerait un tatoo au creux du poignet, tous les matins. Comme un je t’aime indélébile à réécrire chaque jour. J’ai le tatouage romantique on dirait (on va opter pour le dauphin alors !).

PS : photo que vous avez peut-être déjà vue sur mon instagram, d’un tatoo by mon frère cet artiste.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mud Day 2015 : je ne suis pas une Mud-viette !

themudday-001

Quand on est chochotte tendance hypocondriaque, forcément, on se dit NO WAY en recevant un mail nous proposant de nous inscrire au Mud Day. Il faut dire que le Mud Day, c’est une course de l’extrême avec 22 obstacles sur 13 kms dans un camp militaire. Le genre de course à faire flipper plus d’une poule mouillée.
Plus précisément, quand j’ai reçu le mail de William Saurin me proposant de rejoindre son équipe #shakeme du nom de son nouveau produit, je me suis entendue penser « J’aimerais tant être le genre de filles qui fait ce genre de trucs ».
Ça a énervé ma new me qui s’est empressée de prendre le dessus : « T’as envie de le faire ? Alors tu le fais ».

Voilà pourquoi aujourd’hui, j’ai pas mal de bleus et des courbatures PARTOUT. Mais j’ai surtout un moral de winneuse. Parce que je l’ai fait ! J’ai fait le Mud Day. En 3 heures, à la cool, pas au chrono. Avec Parisienne à Vincennes (la co-équipière rêvée), on a opté pour le mode On se fait plaiz option big smile. Et sincèrement, ça ne m’a pas paru si difficile que ça passée la première épreuve (un tunnel avec des cailloux). Une fois dans le bain (de boue), c’est le mental qui joue et je m’étais jurée de passer tous les obstacles vaille que vaille.

Surtout qu’on avait tout pour nous, une tenue adaptée (je vais y revenir), le temps idéal (ciel bleu + vent frais), il ne nous manquait qu’une équipe un peu plus fournie (nous étions 6, 2 devant, 2 derrière et nous au milieu) avec des grands gaillards (impossible de passer les murs de 4 mètres sans eux). Mais comme on avait la gniak comme jamais, on a toujours trouvé de l’aide, une fois au pied du mur. Et je ne parle même pas au figuré !

Au final, j’ai rampé sous les barbelés, nagé dans la boue, franchi 3 murs de 4 mètres, escaladé des meules de foin…

Les épreuves les plus marquantes selon moi :

l’eau glacée à 6°C dans laquelle on est obligée de plonger pour sortir. J’ai dû m’arrêter pour me réchauffer les mollets car je n’arrivais plus à marcher en sortant du bac à glaçons !
– la première épreuve avec des fils électrifiés. Là, il s’agit surtout de vaincre sa peur, un peu comme lorsqu’on apprend à plonger. C’est l’étape devant laquelle nous avons le plus longuement hésité avec Laure avant de se dire Go et de foncer.
– le gravity, un mur d’échelles à escalader par l’intérieur. Si l’instructeur ne m’avait pas hurlé dessus pour m’encourager, façon commando, je crois que j’aurais abandonné. J’avais vraiment peur que mes petits bras tous mous ne me lâchent.
– l’épreuve où il faut tirer un énorme pneu avec une corde, impossible à passer si tu ne te faufiles pas dans une équipe avec des grands musclés (et là, on a bien joué !)
– les deux épreuves « gros bras » où j’ai fini dans l’eau. Et ça m’a vraiment énervée, surtout que Laure en a passé une des deux. Mais je n’ai pas dis mon dernier mot et je compte bien bosser mes biceps pour décrocher la médaille d’or l’année prochaine !

En attendant, je suis déjà très fière de ma médaille de Mud Guy. Je vais la porter comme un talisman. J’ai fait le Mud Day quoi. Je ne suis pas une Mud-viette !

Mes conseils pour réussir le Mud Day :
– porter des vêtements en synthétique parce que le coton ne sèche pas et qui couvrent tout le corps (pas de short ou de débardeur même si il fait chaud) parce que ça protège des chocs.
– porter des mitaines de BMX. J’en avais acheté mais le mud commando nous en a offert.
– ne pas mettre de chaussettes qui boulochent (speciale dédicace à Laure !)
– se fixer un objectif réaliste et ne pas hésiter à contourner certains obstacles parce qu’il vaut mieux finir en ayant sauté une épreuve qu’abandonner parce qu’on a trop pris de risques.
– rester en équipe (5-6 c’est l’idéal). Cette course vaut pour son ambiance, on est vraiment dans un esprit de partage. A ne pas faire seul(e) surtout.
– apporter des habits de rechange pour profiter des animations du village de course.
– garder le smile parce que ce n’est rien que du fun cette course. Vivement l’année prochaine !

themudday-2015

Merci William Saurin sans qui je n’aurais jamais eu cette idée folle et big up à la team Shake me Parisienne à VincennesDans la peau d’une fille, Maman on bouge et les autres pour les smiles.

PS : et je n’étais pas la seule à être fière de moi, à en croire la surprise que m’avait réservée les enfants le soir même : un festin préparé par eux, dans un palace 5 étoiles, avec serveuse en roller et espace VIP autorisé aux seuls Mud Guys !!!

surprise-enfants

Rendez-vous sur Hellocoton !

Prendre de la hauteur

sac-franges-cuir-laredouteDimanche, j’ai fêté mon anniversaire. 40 ANS (photoshop a bien bossé).

C’est là que je me suis dit « Et ho, faudrait peut-être commencer à faire des croix sur ta life list (pour ceux qui ne suivent pas, c’est  et pour ceux qui suivent, j’ai rajouté plein d’idées.) »

Et comme le plus dur dans la vie, c’est de savoir ce qu’on veut, je me suis fait un deux en un. Shooting photos + talons de 9 cm avec un look dentelles et franges from La Redoute.

Je suis ravie de vous montrer ces photos, même si je n’ose plus trop sortir comme ça depuis que mon fils m’a dit que ça faisait martinet (j’ai des doutes sur le comment il connait ça ?)

Question shooting, c’était pas gagné (j’ai censuré les 100 premières photos). Adeline a fini par appuyer là où il fallait pour me dérider – façon de parler hein ! Même si je m’en vais rajouter deux points à ma liste : apprendre à me coiffer et arrêter de me ronger les ongles. Le chemin qui mène à l’amour de soi est périlleux – surtout en talons de 9.

Quoiqu’il en soit, ne cherchez plus votre cadeau de fête des mères, il est là devant vos yeux. Le sac ? Les sandales ? La tunique ? Ou la séance photos avec Adeline qui propose une opé fête des mères à 35 euros les 30 min de prise de vues et les 3 agrandissements. Ok, c’est dans la Beauce, mais c’est tellement joli tous ces champs de colza en ce moment (n’oublie pas ta citirizine par contre).

 

tunique-dentelle-laredoute

sezane-laredoute-sandales

shooting-adline

tenue-laredoute

sandales-sezane-laredoute

Mais revenons-en à nos affaires : Sandales Sézane x La Redoute (il y a les mêmes en version plate aussi !) / sac en croûte de cuir frangé Soft Grey / Blouse en dentelle Soft Grey (j’avais hésité avec celle-ci qui est en promo maintenant) /Jean skinny demi curve Levi’s / livre « Comment l’ambition vient aux filles ? »

Jusqu’à lundi sur Laredoute.fr, -10% sur toute la mode (hors prix rouge blablabla) avec le code 36099.

PS : si vous êtes passé sur le blog dimanche, vous avez peut-être lu un article publié par les hasards de la déprogrammation, qui était à 1 000 lieues des chouettes moments que je passe en ce moment. J’en suis vraiment navrée. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

La pépinière Lehning au jardin des Tuileries (bon plan sorties)

pepiniere-lehning

L52. Pour beaucoup ça sonne comme un nom de boys band des années 90. Pour moi, c’est synonyme d’anti-grippe. Un réflexe que m’a transmis ma mère.

Aujourd’hui encore, au premier combo courbatures + oeil mouillé, je prends mes gouttes. Et j’ai comme une madeleine de nostalgie en les comptant 1, 2, 3…  On s’arrête à 20 (et on va dormir, pour ça, on peut aussi compter les moutons).

Et comme 4×20 font 80, on en arrive aux 80 ans des laboratoires Lehning, spécialistes des médicaments de santé naturelle comme mon L52, qui pour fêter ça ouvrent (en tout simplicité), une pépinière éphémère au coeur du jardin des Tuileries, du 2 au 10 mai.

L’idée étant d’encourager le grand public (et pas que les parisiens qui n’ont même pas de menthe dans leur jardin huhu) à porter un regard nouveau, ludique et pédagogique sur les plantes.

En clair (et sans décodeur – j’ai le droit, cette blague a 80 ans, elle aussi), ça donne une serre de 300m2 avec un jardin aromatique pour apprendre aux parisiens à quoi ressemble le persil quand il ne sort pas d’un petite boîte Picard (huhu); des animations pour les enfants avec des ateliers démontrant l’influence des plantes sur le corps, un bar à tisane, un espace massage et un petit parcours pour en apprendre plus sur la fabrication 100% française des produits Lehning. Le tout s’articulant autour d’un corps humain en bois de 7 m de haut et recouvert des plantes utilisées dans les produits Lehning. Ca doit être joli.

Perso, ces week-ends là, j’aurai un autre anniversaire à fêter mais je serais bien passée y faire un tour d’autant plus que si l’on vient de loin comme moi, on peut en profiter pour flaner dans les jardins des Tuileries et visiter le musée de l’Orangerie, même si ce n’est que pour voir les Numphéa puisque le 3 mai (1er dimanche du mois), le musée sera gratuit lui aussi (demandez les bons plans !).

Pépinière Lehning – Jardin des Tuileries
du samedi 2 au dimanche 10 mai 2015
Ouverture de 10h30 à 19h30
Gratuit

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cachée derrière

image

Ce matin, alors que j’avais le coeur à Venise (avec mes enfants). J’ai voulu tester pour me distraire l’appli my little Paris qui fait ton avatar by l’illustratrice Kanako, je ne sais pas comment parce que le truc ne marche pas sous Android.
Devinant ma détresse d’exclue de l’avatar hipster, Shalima s’est proposée pour faire mon avatar (c’est sain d’avoir des amies qui aiment les pommes)

Que voici donc. C’est tellement mon portait craché que Mariode m’a tout de suite reconnue.

C’est moi, cachée derrière, mes cheveux, mes lunettes noires, mon chapeau, mon « mari » qui brille pour moi, mon écran, mon grand portail.

Moi cachée. A me voir ainsi, à travers le regard neutre de Céline, ça m’a sauté aux yeux. Ce sont des conneries ces histoires de « pour vivre heureux vivons cachés ». La vraie vie c’est prendre des risques, se planter, chialer, se relever, oser plaire et surtout ne pas plaire, sortir de sa zone de confort et pas seulement dans le boulot : en cuisine, en amour, en amitié, tous les jours.

Être trop consensuel, c’est chiant. Il n’y a qu’à voir comme les mecs préfèrent les emmerdeuses (et là je me comprends). J’étais devenue chiante, cachée derrière, mes cheveux, mes lunettes noires, mon chapeau, mon « mari » qui brille pour moi, mon écran, mon grand portail.

Alors je me suis promis un truc. Ne plus jamais dire « j’aimerais bien faire ça si »… si quoi ? Si rien.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le running et moi ET VOUS (avec 10 dossards pour la Nike Women’s Paris à gagner)

sarenzanike600

Ça ne me ressemble pas mais tellement pas. Si vous saviez comme j’aimais pas courir (les pieds en dedans avec les genoux qui s’entrechoquent). Si vous saviez comme je suis une chochotte premium.

Et pourtant je me suis inscrite au Mud Day du 9 mai, une course de 13 km avec parcours du combattant inside. Juste parce que j’en avais envie. Que j’ai 40 ans (ou presque). Et que je n’ai plus qu’une demie vie à vivre.

Dans la foulée (génie littéraire inside), je me suis laissée tenter par la Nike women’s Paris, le 7 juin. Pour cette course 100% féminine de 10 km (il y a également une boucle de 15 km comme quoi je garde un peu de lucidité) qui part de la cité de la mode et du design, je porterai les couleurs de Sarenza avec Parisienne à Vincennes, ma crazy équipière de Mud Day et VOUS !

Parce que j’ai 10 dossards à vous faire gagner.

Si vous voulez courir avec moi (ou devant hum…), il suffit de me parler de votre accessoire indispensable pour courir (Pour le coup, je n’ai pas de conseil, je n’ai ni chaussettes de contension, ni casque Wi-Fi mais j’ai 40 ans bientôt :-)). Je vous laisse jusqu’au 3 mai, parce que ce sera le début d’une nouvelle ère ! Ce qui vous laissera encore plus d’un mois pour vous entraîner. EASY. Alors, ça tente qui de rejoindre la team #SARENZARUNPARIS ?

 wpid-img_20150421_231320

PS : la photo, c’est le retour de mon 1er running sous la pluie (sans parapluie). Petite victoire.

 

Résultats : Bravo à blandine, Morgane, Nathalie-Petitpoudrier, Karo, Sand, Marina, audrey, Ellynn, Victoria et Patricia. Entraînez-vous bien, on se voit le 7 juin ;-) 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mais c’est où la Picardie ? (Sponso)

Somme-Couple au Hourdel-Credit_N.Bryant

Je ne connais pas la Picardie, d’ailleurs, je n’y suis jamais allée.

FAUX.

J’y vais à chaque fois que je vais au parc Astérix (puisque l’Oise est l’un des trois départements qui composent la Picardie avec l’Aisne et la Somme), sans jamais m’arrêter.

Un peu comme les gens qui font les magasins d’usine à Troyes et qui reviennent sans même avoir vu la cathédrale.

C’est la honte. J’AI HONTE.

Surtout depuis que j’en sais un peu plus sur la Picardie.

C’est beau la Picardie. Je l’ai découvert en rêvassant sur la plate-forme www.week-end-espritdepicardie.com que le Comité Régional de Picardie a mise au point pour mettre en avant les atouts et l’authenticité de la région.

Un site qui donne envie de cliquer sur « réserver » pour s’évader le temps d’un week-end, à la mer, à la montagne à la forêt (j’ai la chanson de kiki dans la tête maintenant, je suis décidément immature) à moins de 2h de Paris. 

Somme-Etangs-Ö-Vaux-Credit_N.Bryant

Dans l’absolu, l’espace « Offres touristiques » marche un peu comme adopteunmec, tu choisis tes critères, « Escapades en amoureux (no comment) », « Trop bien avec papy mamy (tu m’étonnes), etc puis la destination de ton choix « bord de mer », « à la campagne », « en forêt », « virée citadine », et l’algorithme te trouve le profil de week-end correspondant à tes désirs les plus fous, avec la présentation des hôtes (les propriétaires du gîte), le témoignage d’experts locaux (qui habitent vraiment la région) et même des idées de sorties à faire dans le coin. Par exemple j’ai sélectionné « Destinations insolites » et « à la campagne » et on m’a proposé un week-end sous une yourte chez Murielle, près de Moulin-Bertrand (dans l’Aisne) où Christelle me recommande un itinéraire à vélo sur la voie verte jusqu’à l’Abbaye de Vauclair. Il n’y a plus qu’à cliquer pour réserver (ou pour poser des questions aux experts).

Picardie-Bivouac-canoe-Credit_N.Bryant

On peut aussi découvrir la Picardie en s’abonnant au magazine papier Esprit de Picardie qui sait comment nous parler puisqu’en couverture du dernier numéro on trouve un sujet sur « 10 weeks-end pour divertir les enfants et détendre les parents » ! (le mag est aussi consultable en ligne).

Et si vous connaissez la Picardie, donnez-moi vos bons coins en commentaires !

Crédits photos : N.Bryant

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 bonnes raisons de visiter le château de Breteuil (Yvelines)

chateau-de-breteuil

Juste un petit mot en passant parce que c’est bientôt les vacances et qu’il va bien falloir occuper les enfants. En croisant les doigts pour que le ministère du climat (je crois qu’il est breton car ils ont toujours les semaines ensoleillées) soit indulgent avec nous.

Je voulais vous parler du château de Breteuil où j’allais à TOUTES mes sorties scolaires quand j’étais petite. Je pense l’avoir visité une bonne dizaine de fois. Si bien que lorsqu’on y est retourné en février avec les enfants, je pensais faire leur admiration en leur parlant de la petite table en marqueterie pleine de cachettes et de la pendule inversée. Mais (djingle de mauvaise réponse à question pour un champion) ces oeuvres ont été cédées au Louvre (tout du moins la petite table). Et je suis passée pour une pipotarde.

Bref. Voilà quand même 5 bonnes raisons d’aller au château de Breteuil :

- La visite guidée

Une visite d’une heure, très vivante, basée sur le rôle des membres de la famille de Breteuil dans l’histoire de France. De quoi voyager dans le temps (notamment avec l’affaire du collier de la reine) en regardant les saynettes réalisées avec des personnages en cire dans chaque pièce. J’ai découvert avec intérêt l’existence de Gabrielle-Emilie de Breteuil, savante, qui fut l’une des 1res féministes.

La conférencière s’adapte tout à fait au public enfant.

- Les ateliers

En février, il s’agissait de faire des masques vénitiens (un sur deux était joli – je ne donnerai pas de nom). C’est surtout l’occas d’aller manger une crêpe au salon de thé juste en dessous pendant une demi-heure !
Pendant les vacances d’avril, le thème des ateliers est « couronnes et objets en fleurs ». 3 euros par enfant.

- Les jardins

J’aurais dû écrire ce billet plus tôt, je me serais souvenu de tout ce que j’ai appris et pas seulement qu’il y a un petit jardin anglais (le jardin des Princes) en hommage à l’amitié qui liait le fils de Breteuil à celui de la REINE D’ANGLETERRE. (Je l’ai lu chez le dentiste).

Il y a aussi un jeu de piste sur la biodiversité qu’on n’a pas eu le temps de faire (on y retournera) et un petit labyrinthe que les enfants voulaient faire (j’ai dit non, on n’avait pas de pelote de laine #comprennequipourra).

- Les contes

Puisque Charles Perrault y a séjourné (il était politicien avant d’écrire des histoires), le château a recrée quelques scènes de contes dans les jardins et dans certaines pièces. Une visite contée est également proposée à 16h30. (les enfants l’avaient faite avec leurs grands-parents et avaient bien aimé).

- On peut pique-niquer sur place (ça me fait toujours drôle d’écrire pique-nique)

Je ne sais pas où mais c’est cool.

On en vient au gros point noir, c’est cher 15,90 euros/12,90 euros château + jardins (incroyable mais vrai, j’ai payé ma place ET j’en fais un billet), 9,90 euros jardins seuls. Mais notez qu’on peut facilement y passer la journée.
A noter : le 1er mai, un spectacle d’escrime (de mousquetaires ?) est proposé à 15h30 sans supplément.

PS : je n’ai qu’une malheureuse photo, il va falloir me croire sur parole ou aller sur le site du château

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma pause zen pour le lancement de l’Aquaperfect Soft de Calor – Sponso

AquaperfectSoft

Je ne sors pas beaucoup de ma campagne en ce moment. Parce que c’est toujours compliqué de faire garder les enfants. Parce que Paris à vol d’oiseau, c’est tout près, mais que je ne suis pas un oiseau.

Ce soir là pourtant, le programme zen de la soirée organisée dans un spa pour le lancement de l’épilateur Aquaperfect soft et la perspective de voir ma copine Shalima ont suffi à me donner des ailes.

Même si, quand on se voit entre blogueuses, ça donne souvent ça :

AquaperfectSoft

(maintenant, je sais mettre des émoticons dans mes tweets et pour moi, ça veut dire beaucoup !)

Mais détrompez vous, on a vite remballé nos smartphones puisque les portables ne sont pas encore étanches et qu’une partie de la soirée se passait dans la piscine, à faire de l’aqua-yoga.

AquaperfectSoft_CalorAHAHAH. Pour une poule mouillée que le yoga énerve comme moi, c’était le combo gagnant.

D’ailleurs au premier Wooowwww avec les mains au-dessus de la tête j’ai pouffé.

Quand il a fallu mettre le pince-nez, j’ai gloussé.

Et puis j’ai eu un peu la chair de poule (mouillée).

Je perdais un peu tout le temps l’équilibre pendant les exercices d’étirements (qui servent à chasser les tensions du corps). A côté, je voyais Shalima qui faisait tout bien comme il fallait. Je me sentais comme la paria du yoga, le boulet de la relaxation.

aqua-yogaEt le miracle est arrivé alors que je n’y croyais vraiment plus, quand il a fallu bloquer sa respiration en restant au fond de la piscine. Il n’y avait plus rien que le crépitement de l’eau et moi. J’étais à l’île Maurice à traquer les poissons colorés, j’étais en paix. Quand je suis remontée à la surface, j’étais vide, comme si il fallait toujours toucher le fond pour repartir dans une nouvelle impulsion.

J’avais faim, j’avais envie de dormir.

L’atelier découverte de l’épilateur Aquaperfect Soft m’a réveillée. Calor avait invité les concepteurs à venir nous parler de cet épilateur. J’ai appris qu’il faut exfolier la peau avant de s’épiler pour éviter les poils incarnés. Et surtout, en écoutant le professeur Roll nous parler de ses recherches, j’ai appris comment atténuer la douleur quand on s’épile.

AquaperfectSoft_calor-epilateurEn résumé, lorsqu’on a mal, l’information « J’ai mal » est transmise au cerveau. Mais si l’on stimule dans le même temps les canaux qui transmettent les informations non douloureuses, cela bloque la transmission des informations douloureuses vers le cerveau. On n’a alors plus mal (sur cette vidéo ce sera sans doute plus clair !). Quoi qu’il en soit, c’est pour cela que Calor a muni l’Aquaperfect Soft d’une tête masseuse, et qu’il est étanche (pas comme les portables) car l’eau caresse la peau !

Voilà qui permet à Calor d’affirmer que 2 femmes sur 3 trouvent que s’épiler avec Calor ne fait pas mal grâce à l’épilateur soft extrême. Je teste ça très vite et je vous dis si je suis la 3ème femme (je suis une poule mouillée, je vous rappelle !). Quand à vous, vous pouvez tenter de gagner 10 épilateurs Aquaperfect Soft sur le site dédié.

Epilogue : depuis cette soirée, je me suis mise à la relaxation avec l’application Headspace (dès que mon programme de 10 jours se termine, je teste l’appli Maman zen), je suis le compte instagram de Chloé penderie rencontrée ce soir-là, juste parce que son sourire fait du bien et je m’entraîne à me faire des tresses comme elle pour aller à piscine ! (là, faut voir la vidéo pour comprendre)

En partenariat avec Calor

Rendez-vous sur Hellocoton ! Blog commercialisé par