Alors le collège, c’est comment ?

image

Mercredi dernier, à 11h, mon presque 12 ans dormait encore. J’étais partagée entre le réveiller « c’est bon, c’est pas l’hôtel ici non plus (mon dieu, j’ai pensé ça en vrai…) et le laisser dormir. Parce qu’elle était crevante, cette année de 6ème. Et qu’il s’est surpassé mon fils, révélé même. Tellement le contraste avec la primaire est grand.

Pourtant, à la fin de la réunion de préparation à la 6ème, je n’en menais pas large. Comment il va faire mon bébé avec ses allergies, ses soucis de graphie, sa sensibilité exacerbée ? Comment il va faire sans sa maman chérie ?

Autant vous dire que j’ai eu mal au nombril. Laisse moi encore un peu de cordon stp…
Le matin, il se lève tout seul avec les sonneries de son téléphone qui lui disent quoi faire à quelle heure.
Il prépare le petit dej pour tout le monde et il me réveille… #lemondealenvers

Le soir, il fait ses devoirs après le gouter. Me fait réviser ses leçons (même que parfois ça me saoule parce que j’y comprends rien, je devrais faire un stage de maths cet été). Et file à la douche. (Aparté pour les devoirs, je vérifie quand même sur pronote que tout a bien été fait et son père lui fait réviser toutes les leçons dr la semaine le week-end).

Le collège l’a métamorphosé. Reprogrammé. Et fait grandir de 10 cm au moins. Du coup de mon côté, je fais mon possible pour lui faciliter la vie, je l’emmène ou je vais le chercher en voiture quand ça lui évite des perms. Je lui achète ses livres de poche dès qu’il me les demande. Mais j’avoue, je n’ai pas grand chose de plus à gérer.

Il se met une pression énorme, mais il maîtrise. Alors si j’avais un conseil à donner aux futurs parents de collégiens, ce serais juste « faites leur confiance ». Laissez leur apprivoiser leur autonomie. En restant là au cas où l’envie leur prendrait de mettre leur plus si petite main dans la vôtre.

Et pour la petite histoire, Mercredi dernier à 11h01, il est venu me voir encore tout endormi en me disant que j’aurais dû le réveiller plus tôt parce qu’il n’allait rien faire de sa journée… Heureusement, cette semaine, je l’ai inscrit à un stage de théâtre… qui commence à 10 heures !

PS : quelqu’un sait comment laver un sac Eastpack ? Merci !

PS 2 : je vous rajoute le lien vers ce billet de Rita Lechat (et son fils), qui donnent des astuces plus pratiques pour la rentrée au collège. On n’a rien fait de tout ça, j’avoue.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Fée du logis de pacotille


brabantia-poubelle

Ceux qui me connaissent savent à quel point JE NE SUIS PAS UNE FEE DU LOGIS.

J’attends toujours que le bac à linge déborde pour lancer des machines (4 d’affilées, tant pis pour les heures creuses), je stocke le linge à plier dans la baignoire en attendant que je trouve le temps (« Tu veux prendre un bain ? T’as qu’à plier le linge ! »). Il y a des jours où croyez moi, j’aimerais bien être maniaque. Mais ce n’est pas ma faute à moi. C’est juste parce que je suis mal équipée. Je m’en suis rendue compte en surfant sur le site de Brabantia.

Par exemple (au hasard).

corbeille-linge-rotin

Ma corbeille à linge. Je l’ai ramenée de Tunisie à la sueur de mon front il y a bien 20 ans. Je ne sais pas à quoi sert cette corbeille normalement mais je le sais maintenant que ce n’est absolument pas une corbeille à linge. Le rotin agrippe les lainages et son couvercle, personne ne le soulève JAMAIS.

Ce n’est pas ma faute, je vous dis. Les mauvais outils font les mauvais artisans. Avec cette corbeille à linge Brabantia, on pourrait s’entraîner à jouer au basket en mettant le linge sale dans la corbeille, sans même ouvrir le couvercle.

brabantia-corbeille-linge

Autre exemple (tout aussi au hasard).

sechoir-fer-001

Mon séchoir à moi, c’est ça. Héritage de ma grand-mère adorée. Comment je fais pour faire sécher mes 4 lessives avec ça, moi ? Et puis attention à la météo, au moindre coup de vent le truc est par terre (et le linge à relaver…).

Ce n’est pas ma faute, je vous dis. Si j’avais un séchoir digne de ce nom, mon linge ne sentirait pas le renfermé alors qu’il sort de la machine et je n’esquinterais pas les élastiques de tous leurs pyjs en les mettant au sèche-linge, même l’été. En plus, ce sèche-linge rotatif Brabantia est réglable à la hauteur qu’on veut (si on veut mettre les enfants au travail…).

brabantia-sechoir-pastel

Il n’y a qu’avec ma poubelle de cuisine que j’ai tout bon. Une Brabantia métallisée qui brille quand on se regarde dedans. J’aimerais juste un peu l’upgrader au profit d’un modèle qui s’ouvre du bout des doigts. Mon côté geek sans doute, à défaut de fée du logis…

LoveColour-FlipBin-animation-fr

image-2

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Celle qui courait seule et pensait trop

image

Dimanche, j’ai couru la course des princesses dans le parc du château de Versailles. Ma première course SEULE.

Et j’ai détesté ça. Parce que si je cours, c’est justement pour me vider la tête.

Là, malgré la musique dans les oreilles, je me suis tellement fatiguée à penser que j’étais pressée d’arriver.

– j’ai pensé que je pensais trop alors j’ai pensé à mon livre de chevet « Je pense trop ». Boucle bouclée, mais pas la course, loin de là.

– j’ai pensé à ma voiture posée dans un coin pour ne pas louper la course.  » S’il vous plait, mes fées, pas la fourrière ».

– J’ai vu un t-shirt « pour toi papa », puisque c’était la fête des pères alors j’ai pensé au mien de père. Avec sa chimio dans les veines, et son sang dans les miennes.

– j’ai pensé que cette fille ressemblait drôlement à Requia alors j’ai dit son prénom et elle s’est retournée. 8000 participantes et c’est elle que je croise sur toutes les courses. Ça ne peut pas être un hasard. Elle m’a shootée pour une photo souvenir avant de repartir encourager sa team.

– j’ai pensé que ce gros arbre sur le côté était sans doute encore trop petit pour me cacher derrière pour faire pipi. #ahsijetaisunhomme

– j’ai pensé à mon amoureux aussi. Est-ce qu’un jour on arrivera à former une famille et pas un truc brinquebalant comme une armoire Ikéa ? Je veux de l’amour massif avec lui, du chêne pour nos vieux jours.

– J’ai pensé, en passant le kilomètre 4, que c’était la première course que je courais où les gens mettaient leurs déchets post ravitaillement dans la poubelle. Et ça c’est vraiment des manières de princesses !

– J’ai pensé qu’elle était belle cette course, en passant devant le Trianon et le Hameau de la reine, mais que c’était plutôt un trail parce que les pieds plein de terre pèsent 15 kilos chacun.

– J’ai pensé à Kate et William aussi ? Est-ce qu’il s’aiment vraiment.

– J’ai pensé à mon projet du moment. Est-ce que je le finirai un jour ? Et cette course alors, c’est quand l’arrivée ? #allegorie

– Au kilomètre 8, j’ai pensé que j’avais bien mérité ma médaille même si j’avais mal à mon chrono. Et je me suis dit que VRAIMENT, c’était la dernière fois que je courais seule parce que finalement, j’avais couru 8km, mais j’avais surtout fait un marathon intérieur.  Il devrait y avoir une médaille pour ça !

merci au cg92 pour le dossard

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ta mère est sur Snapchat

snapchat-blogueuse

Je me suis inscrite sur Snapchat il y a environ deux ans, pour suivre mon fils qui n’en fait finalement pas grand chose. J’avais un pseudo sans queue ni tête et j’ai oublié le mot de passe au moment où j’ai failli avoir une crise cardiaque en voyant ma tête apparaître sur l’écran.

Mais depuis quelques mois, les blogueuses mamans et lifestyle ont rejoint en force le réseau social de nos ados.

Mais POURQUOI ?

Si vous ne connaissez pas, Snapchat est une sorte de facebook vidéo éphémère puisque la plupart des échanges s’effacent après quelques secondes. Sauf les stories, qui sont des espèces de vidéos de présentations qui restent 24h en ligne. C’est de cela dont les blogueuses raffolent pour montrer l’envers du décor. On reçoit les stories des gens auxquels ont s’est abonnés ou des messages privés juste pour nous.

Comme toujours, on trouve le meilleur comme le pire :
– des « hauls ». A base de je te déballe le ou les colis du jour que j’ai reçu gratos histoire de te donner envie d’ouvrir un blog juste pour les cadeaux.
– des voyages en live. C’est ce que je préfère, pour voir autre chose que la photo carte postale et sentir l’ambiance du pays.
– des stories verbeuses et même pas drôles ou la blogueuse raconte sa vie face caméra avec force grimaces et filtres.
– des délires, un peu comme quand on était petit et qu’on piquait la caméra de papa pour la première fois.

J’avoue que je ne sais pas très bien quoi faire de Snapchat encore. J’ai l’impression de parler dans le vide et j’ai toujours du mal à montrer ma tête. En plus, je me retiens de finir chacune de mes vidéos par un gros OSEF. C’est souvent chiant l’envers du décor.

Alors je fais des essais. J’avais snappé le périple du concert de Louane et c’était chou mais je n’ai même pas sauvegardé la story. J’ai snappé des achats rigolos chez Gifi aussi.

Pour l’instant, mon principal usage de Snapchat est de regarder les filtres avec ma fille, mon amoureux ou son fils. Rien que pour nos fous rires, Snapchat vaut le coup,

Je ne suis (du verbe suivre parce que sinon, je pense) pas grand monde sur Snapchat, l’inverse est encore plus vrai car je viens de supprimer l’ancien compte pour qu’on puisse me retrouver facilement avec le pseudo @monblogdemaman, mais j’ai déjà quelques chouchoux.

Mes 5 comptes à suivre sur Snapchat :

Violette @violette_sbep
Violette ou son double popu bécasse Nadège, je ne sais plus mais ça me fait riiiiire. Snapchart devrait rebaptisé le filtre qu’elle utilise « le filtre à Nadège ».

Madame Parle @madameparle
On pourrait sous-titrer son compte Madame Parle s’éclate. C’est souvent du grand n’importe quoi. C’est vrai. Manue est tellement accro à Snapchat qu’elle en a fait un tuto « Snapchat pour les vieux » que je vous conseille (même si vous êtes jeunes) et pas juste parce qu’il y a du moi dedans !

Juliette @juliette_jnspc
Juliette ne sait pas choisir alors elle va partout. Depuis que je la suis, j’ai visité avec elle l’Australie, les Seychelles et l’Égypte. En ce moment, elle est en Norvège. J’adore son ton, ses visites guidées et ses fails en direct différé !

Walinette
@walitbtg
Pionnière des blogueuses mode, Walinette a lâché « The Beauty and the geek » l’année dernière pour un « vrai boulot »…. Je suis contente de la retrouver régulièrement sur Snapchat. Elle montre ses achats et refile ses bons plans comme une bonne copine. Je vous montrerai sur Snapchat les chaussures que j’ai commandées grâce au code refilé sur Snapchat #laboucleestbouclée

Chloé penderie
@Chloe_penderie
J’adore la nana, rencontrée sur une opé blog. Tout sourire, hyper saine. Elle parle de ses trails (aujourd’hui, elle a chopé des tiques…), de sa vie de blogueuse girly. Ma cure de jouvence à moi.

Et puis forcément, je rajoute à ce top @mpchoco1 et @marjoliemaman. Avant tout parce que ce sont mes copines et que ça me fait plaisir de les voir dans leur quotidien.

Si vous en avez de chouettes comptes à me conseiller (drôles et décalés de préférence), je prends dans les coms !

Et sinon moi, c’est @monblogdemaman. On se retrouve sur Snapchat ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Parapharmacie : sur Internet aussi

parapharmacie- doctipharma

Quand j’entends Parapharmacie, instinctivement, je pense parapoux. Parce que c’est sans doute la chose que j’achète le plus en parapharmacie. Heureusement, (je touche du bois et de l’extrait naturel de lavande), il y a un certain temps qu’on est lentes Free à la maison.

Mais je franchis malgré tout régulièrement les portes de ma parapharmacie pour mes (rares) produits de beauté que je rechigne à acheter en supermarché : shampoing et gels douches Klorane, crème de jour La Roche Posay, solaires Avene…

Quand Doctipharma m’a proposé de tester son site, j’avais déjà fait le stock de mes produits habituels. Alors j’ai fait un réassort de saison avec :
– le déo Weleda de mon pré-ado dont je vous avais déjà parlé ici. C’est son déo habituel mais pour le coup 3,50€ de moins que d’habitude…
– un roll-on après piqûres  pour soulager les piqures de moustiques parce que je suis le meilleur anti-moustiques de la terre pour mes proches… Au moins, je suis parée.
– de l’huile Bi-oil pour tester sur la cicatrice dite Nigloland de mon fils et de varicelle de ma fille. J’avais découvert ce produit naturel au salon Baby où on ne pouvait pas l’acheter et je n’en avais jamais revu depuis.
– de la crème anti-cellulite Nuxe. Parce que Nuxe et parce que l’été… #team1975
– et le craquage de tata gaga heu zaza pour des tétines Dodie J’👍 papa (oh tiens, c’est bientôt la fête des pères). J’ai hésité avec les tétines « Allez la France ! », j’avoue.

Je n’aurais jamais pensé à commander sur internet mes produits de parapharmacie et pourtant, je suis contente du test.
1- Parce que les prix sont vraiment plus bas. En fait, Doctipharma fédère des vraies pharmacies qui ont pignon sur rue et propose directement le moins cher sur le produit recherché. Il y a aussi une rubrique « promotions » avec des tarifs hyper intéressants, comme « mon » déo à 5,32€)
2 – Parce que j’ai trouvé des produits que ni ma pharmacie, ni ma parapharmacie habituelles ne vendent comme l’huile Bi-oil que je cherche depuis 2 ans.

En conclusion, je trouve le concept vraiment malin surtout pour les produits qu’on achète souvent, voire en gros quand les enfants sont petits comme le sérum physiologique, les lingettes… Ils ne manquait que le petit échantillon que ma parapharmacie me propose toujours
Mais si ça se trouve, grâce à mon billet, il y en aura bientôt !!!

Billet sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pourquoi c’est cool de faire une croisière fluviale avec des (pré-) ados ?

croisiere-fluviale-avec-enfants

Je reviens une dernière fois sur notre croisière fluviale enchantée parce que je n’ai pas l’impression d’en avoir fait le tour (pas plus que celui de l’étang de Thau puisque j’ai fait l’impasse sur Bouzigues alors que c’est trop mignon). Je vous refais les présentations, nous étions six, à Sète (mouhahaha je ne m’en lasse pas). 2x adultes, 2x 9 ans et 2x 12 ans. Je vous le dis tout net, j’avais quand même un peu peur qu’on s’embête pendant les heures de navigation. Enfin, surtout que les enfants s’embêtent. Parce que des enfants qui s’ennuient, ça fini par se disputer, les parents par crier, bref, ça finit mal.

Heureusement, nos vacances se sont plutôt passées dans la plénitude. Je pense qu’on a tous passé un excellent moment. Les 9 ans se sont éclatés, à faire des cabanes dans les lits superposés, à prendre le soleil sur la couverture moche, à jouer au Uno dans leur chambre ou à chanter des chansons avec les mains et bien sûr ont adoré les escales estivales « comme à la mer ».

Mais, j’ai l’impression que les 12 ans, ont en plus, vraiment profité du côté croisière de ces vacances alors je vous la fais façon « 5 bonnes raisons d’emmener des pré-ados sur un bateau (sans avoir envie de les jeter à l’eau) »

On avait prévu le truc en laissant les tablettes à la maison. La règle, c’était : detox d’écrans parce qu’on les voyait déjà passer 99,9% de leur temps le nez dans Snapchat et Clash Royal. Alors, non merci. Ce qui signifie aussi : trouver à les occuper le reste du temps…

Pour le coup, j’avais l’impression d’être une apôtre de l’école à la maison (même si le prof n’était pas moi vu comme je nous avais perdu lors de notre mini-croisière il y a quelques années). Les grands ont eu leur cours de lecture de cartes fluviales et des principaux panneaux à connaître. On a aussi appris à évaluer le nombre de noeuds en regardant le manche à air (l’espèce de drapeau orange et blanc qui se gonfle avec le vent (une bande de couleur gonflée = 5 noeuds soit, 9 km/h, #toiaussiapprendsdestrucsavecZaza)

Que ce soit clair, avant 15 ans, les enfants n’ont pas le droit de participer activement aux manoeuvres, genre conduire le bateau ou assister le capitaine pour les amarrages. Ce qui ne les empêche pas d’aider pour les manoeuvres, d’ailleurs on avait clairement BESOIN d’eux. Un matelot à l’avant, un matelot à l’arrière. Je descendais et les grands m’envoyaient leur boot chacun leur tour, avant de le rattacher au bateau. Si au départ, c’était un peu olé olé, on a dû leur dire 25 fois de passer le boot SOUS la barrière, ils étaient à l’arrivée tellement rôdés qu’on aurait pu partir pour un tour du monde des canaux.

On avait pris des jumelles et, mis à part le fait qu’il y avait toujours une paire d’yeux de trop pour une seule paire de jumelles, ça nous a bien occupé, pour repérer les différents types d’oiseaux qu’on croisait, les hérons, les cormorans (qui ont un bec rouge, donc) et différencier les flamants-roses des sacs poubelles. En revanche, je conseillerais de se documenter avant de partir sur la faune et la flore et de se faire des fiches parce que c’est assez frustrant de ne pas savoir ce qu’on voit (on traverse souvent des parcs naturels sur les canaux).

Il y a un truc qui manque sur un bateau, c’est le lave-vaisselle. Alors on a mis nos petits ados au travail. Parce que la vaisselle pour 6, 4 fois par jour, ça fait beaucoup trop de verres à laver pour une seule personne. Leurs femmes nous remercieront un jour, nos grands savent faire la vaisselle (sans râler) et essuyer (en soufflant mais pas sur la vaisselle…).

Alors bien sûr, je ne sais pas pendant combien de temps encore ça pourrait leur plaire, ces vacances en autarcie, sans voir d’autres ados, sans téléphone… mais je pense qu’on a fait cette croisière au bon moment pour nos grands, qu’on traite encore un peu trop souvent comme des petits (mon bébé…). Ce qui est sûr, c’est que pour les prochaines vacances, il va falloir composer avec 2 ados et 2 plus petits qui ont des envies de plus petits (mais qui veulent quand même faire comme les grands…).

Je rappelle que la croisière nous était offerte par les Canalous et FPP. 

Lire aussi :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le Qashqai +2, une voiture pour famille nombreuse (mais pas trop)

qashqai-exterieur

Il y a ce moment, où tu comprends que tu risques de faire un bon bout de chemin à 6. Et là, tu flippes. « On va le faire à pieds le chemin ? », tu te demandes.

J’aime bien la rando mais bon. Ma voiture est trop petite (et trop vieille). La sienne aussi.

Alors on fait comment pour partir en vacances à 6 ?

Pour aller au parc Astérix on a pris deux voitures. Adieu ma sieste au retour. Pardon la planète.

Pour les vacances d’été, qu’on a réservées avant les vacances de Pâques #lalogique, je me suis réveillée à 6h30 un jeudi pour qu’il me reste un bras (et un rein au moins), après l’achat des billets de train dès leur mise en vente.

Et pour les vacances de Pâques ? Là, il n’y avait pas trop de solution, sachant qu’on devait partir du petit village de Luzech normalement et pas de Agde comme décidé une semaine avant à cause des crues du Lot.

Mais. Attention, la scène qui suit ne serait pas crédible dans un roman. « N’importe quoi, c’est trop gros » on dirait. Le père de mes enfants, appelons le Mac Prêteur, m’a proposé sa nouvelle voiture qu’il avait à peine essayée. COMME PAR HASARD, une voiture 7 places : le Qashqai +2 de Nissan. Ma vie est un roman.

Alors au final, ça vaut quoi le Qashqai +2 (je vous mets le lien parce qu’il ? Côté route, je ne peux pas trop vous en parler, rapport que j’ai dormi. C’est un SUV à mi- chemin entre le 4×4 mais qui consomme pas grand chose et la voiture familiale

Il y a des sièges-chauffants (il parait car il faisait beau en vacances. Merci !) Il y a un toit pas ouvrant en verre que tu peux occulter ou pas. Et ça j’adore, ça donne vraiment une impression d’espace même à 6 dans la voiture.

qashqai-interieur

Et surtout il y a 7 places.
– Les deux places de devant, hyper confortables (un peu moins quand tu as tout un tas de bazar aux pieds mais bon). – 3 vraies places derrière, avec trois vraies ceintures. Et deux places littéralement dans le coffre, avec des sièges rétractables. Ce sont de vraies places aussi MAIS il ne faut pas avoir de trop grandes jambes. Je dirais que pour des ados plus grands que des préados, c’est juste. On ne les voit pas sur la photo.

Et puis il y a un coffre. Un grand coffre quand tous les sièges sont rabattus. Un moyen coffre quand un seul siège est sorti (on peut mettre deux grands sacs de voyage à la place du siège rabattu et quelques affaires dans le mini coffre qu’il reste). Un tout petit coffre quand les deux sièges sont sortis come sur la photo.

J’ai pris des photos vite fait, en douce (avec toujours un photobombing parce que… 4 enfants quoi).

qashqai-coffre

En conclusion : j’aurais bien gardé le Quashqai +2 parce que même pour les petits trajets, il est sympa à conduire avec sa boîte automatique (j’ai calé 10 fois quand j’ai repris ma voiture !) Et puis on voit que c’est une voiture récente, avec un GPS qui annonce les radars fixes, un régulateur de vitesse et les phares qui s’allument et s’éteignent tous seuls et la caméra de recul INDISPENSABLE !

Concernant les longs trajets, avec 4 grands enfants, ça passe si tu mets celui qui est puni derrière mais il est serré, serré, le nez dans les bagages. En revanche, c’est la voiture parfaite avec trois enfants où on a le trio confort/vraies places/coffre suffisant. Et puis on peut toujours rajouter un coffre de toi hein. La fashion police ne veille pas sur les routes!

Et vous, les familles nombreuses, vous avez quoi comme voiture, vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Parfois, j’ai 8 ans.

enfance

Quand je suis tombée sur ce billet de Paula Smack, j’ai eu envie de poursuivre la chaîne. Parce que c’est pas beau de vieillir; parce que parfois, je ris plus gras que mon fils encore; parce que la vie est plus jolie avec des yeux d’enfants.

Parfois donc, souvent diraient d’autres, j’ai 8 ans. Quand…

 

Je lis les quizz des apéricubes à voix haute et je ris aux blagues Carambar.

Je cueille les boutons d’or et je demande « t’aimes le beurre  ? »

Quand je fais des crêpes je mange toujours le rotichon. La dernière crêpe sans forme qui a toujours une forme de quelque chose au final (un rhinoceros laineux, un ananas… un peu comme les nuages).

Je fais le morse quand je mange des Mikados.

Je me colle toujours les tatouages Malabar (la preuve)

Je marche toujours sur les parcours de rando chez decath et j’essaye les « jeux » qui traînent (sérieux, il y en a VRAIMENT qui arrivent à avancer avec un skate à une roue ?)

J’achète un bonbon soucoupe avec ma baguette de pain, même quand les enfants sont chez leur père…

Je me dis encore « Je ferai ça quand je serai grande » (Faudrait peut-être que je commence à le faire d’ailleurs…).

J’appelle ma mère quand je suis malade. Alors qu’elle n’est pas docteur, on est d’accord !

Je dors avec deux doudous.

J’ai peur de l’orage et je ferme toujours les portes des placards avant de me coucher dès fois qu’un monstre en sortirait (genre un mauvais esprit).

Depuis ma première colo en 1982, je pense toujours « Bande d’abrutis » quand on me dit « bon appétit »… Ne me jugez pas.

Et quand on me dit « t’inquiète pas « Je pense toujours ta kékette donc pas, j’ai la bite rude » mais D’OU CELA VIENT-IL ? (du coup je m’inquiète, mais pour ma santé mentale).

Je prends les trottoirs pour des slacklines (il y en avait une chez Décathlon d’ailleurs, c’est chaud !)

Je gratte le blanc des oréos avec mes dents et je plonge le biscuit noir dans le lait alors qu’il parait que le lait c’est mauvais pour les adultes.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Maman solo, moi ? Vraiment ?

DSCF7959

Ça fait deux années scolaires (et beaucoup de dodos puisque c’est comme ça qu’on compte quand on est maman) que je vis seule avec mes enfants. Il n’y a que des jours avec, rarement de jours sans (eux). Même si il y a des jours avec et des jours sans.

Pourtant, je ne me sens pas maman solo, non. D’ailleurs je n’aime pas ce terme. Mes enfant ont un papa, qui suit les devoirs et leur quotidien de près, même si c’est de loin. Ce n’est pas si différent au fond, que lorsqu’il partait avant le lever du soleil et revenait à l’heure de coucher ses petits. Époque révolue où je maternais non stop sans mon week-end sur deux de repos désormais réglementaire.

Je ne suis pas si solo que ça finalement. Il y a mes copines, juste à côté. Joie des petits villages. Et je crois que je n’aurais jamais osé les héler heeeelp avant.

Et il y a lui aussi, bien sûr, évidemment avec ses biscotos qui ne servent pas qu’à faire beau.

Je ne me sens pas vraiment maman solo, donc. Mais il y a quand même des jours où je me sens drôlement seule.

Quand il fait 16 dans la maison et que je n’arrive pas à faire du feu dans la cheminée. Et qu’en plus je me brûle avec ce feu qui ne prend pas, ce feu qui ne chauffe pas.

Quand la tondeuse qui sort de révision ne démarre plus et qu’à force de tirer sur la ficelle, ce sont des ampoules qui s’allument sur mes doigts, et même pas la tondeuse.

Quand j’ai de la fièvre, beaucoup trop (ou la migraine, encore), que personne d’autre que moi ne peut préparer le dîner et que dans ma campagne, alloresto ne livre pas, ni personne d’autre d’ailleurs.

Quand ça leur semble la fin du monde de mettre trois assiettes sur la table alors que je suis fatiguée par cette journée à essayer de tout faire bien.

Quand je passe plus de temps à savoir comment faire garder mes enfants pour aller à une soirée que dans la soirée elle-même.

Quand j’ai Netflix pour seul compagnon le soir, une fois que les enfants dorment.

 

Ces jours où j’aimerais vivre en appart. Ces jours où j’aimerais dire « je suis fatiguée » et passer le relais. Ces jours là, ces jours sans mais avec eux, j’abime un peu ma cape de super maman. Je laisse ma to-do list à rallonge en plan. Je remets au lendemain et je joue à Candy Crush. Je n’aurai pas de médaille parce que mon salon est nickel et mon gazon bien tondu. Mais j’aurai un coffre un fort avec plein de bonus dedans si je passe ce putain de niveau à Candy Crush. Bien évidemment je sais que ça ne sert qu’à me faire perdre du temps mais j’ai l’espoir de lâcher quelques bars de pression avec.

Maman solo ou pas, JE NE PEUX PAS TOUT FAIRE (alors, je file jouer à Candy Crush…)

Bonne fête à toutes mamans parce qu’on le mérite bien !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Son look Chica Vampiro

chica-vampiro-vetements-001

La semaine dernière à cause de mon barbecue d’anniversaire (sous la pluie EVER). Ma fille a loupé un anniversaire Chica Vampiro, cette série Gulli avec des vampires dont les pré-ados raffolent.

Elle était désespoir. Un peu plus elle sortait les dents (huhu).

Surtout qu’elle avait de quoi y aller en total look Chica Vampiro.

Jusque là, j’étais plutôt contre les vêtements sous licence, ou par petite touche, sur les chaussons, les chaussettes, les petites culottes (là où ça ne se voit pas trop… Vous avez compris.)

Et puis un jour, que je la regardais habillée avec son style bien à elle, je me suis dit « Halte à la dictacture de la fashion. On va la laisser faire comme elle veut cette baby modeuse ».

J’ai répondu oui au mail du site Lamaloli.com, qui me proposait de tester les vêtements Chica Vampiro qu’il commercialise en exclusivité.

Et depuis je m’amuse à voir comme ma fille arrive à marier Daisy avec Max sa garde robe habituelle.

legging-chica-vampiro

Comme elle arrive à dédramatiser le legging hyper bariolé, porté pied nus, à la plage avec juste un t-shirt blanc (on est loin du mini soutif à paillettes qui m’avait fait un peu peur dans le clip. COmment ça, tu ne connais pas le clip ?).

tshirt-chica-vampiro-lamaloli

Comme elle accomode le top Daisy avec son perfecto en coton gris, un slim noir et des bottes Crocs fourrées (je me demande si son père n’a pas des actions chez Crocs…)

Elle s’habille comme une petite fille qui aime les fringues, Louane et Chica Vampiro.

Comme la petite fille de 9 ans qu’elle est, une main tendue vers l’adolescence et l’autre qui tient encore celle de sa maman bien fort.

Pour info, les t-shirts et le legging sont à 9,95 euros chacun (à partir de 15% de réduction dès 50 euros d’achats avec le code PRINTEMPS16). Parfait pour l’été (heu le printemps ^^)

image-2

Rendez-vous sur Hellocoton ! Blog commercialisé par